Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 509
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0531
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITIONS DIVERSES A PARIS

M. MUNKACSY ET M. PAUL BAUDRY1

deux grandes toiles occupent les extrémités, et où le visiteur, tenu dans
la pénombre, les voit apparaître sous une lumière si savamment disposée,
l’esprit hésite et est mis malgré lui en défiance; on sait bien que ce n’est
pas dans une chapelle que l’on vient d’entrer, mais on se demande si ce
n’est pas dans un diorama; on sent là plus d’artifice qu’il ne sied à des
œuvres d’art. Ce n’est pas que je pense à me plaindre de voir figurer le
Christ dans des tableaux qui ne sont pas des tableaux de sainteté. Que
nos artistes contemporains s’efforcent de renouveler des sujets mille fois
reproduits, de les soustraire aux conventions d’une école épuisée, de
les faire rentrer dans l’histoire : une telle entreprise est légitime, elle
est utile, elle est belle, elle finira certainement par porter ses fruits;
les illustrateurs laïques de l’Évangile ont longtemps encore à dessiner
et à peindre, avant d’avoir pleinement appris à nos imaginations et
à nos regards tout ce qu’il contient d’humaine et saisissante vérité.


Je ne sais si je me trompe,
àffr. mais en revenant, hier, de voir

y le Christ au prétoire et le Christ

V

•/ ' \

A \ au Calvaire de M. Munkacsy,
y je regrettais pour lui qu’il eût


V\ : !

\ /k- choisi cette façon de les pré-

\ abord n’est pas franche : quand

on entre dans la galerie dont ces

senter au public. L’impression
que l’on en reçoit dès le premier

Galeries de Mit. Sedelmeyer et Georges Petit.
loading ...