Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 87
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0094
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

I. — LES LIVRES EN COULEURS

On sait avec quel succès l’Angleterre
est entrée dans la voie de la gravure typo-
graphique en couleurs appliquée aux livres
de l’enfance. Les noms de Walter Crâne et
de IvateGreenaway sont aujourd'hui presque
aussi populaires parmi nous qu’en Angle-
terre. Nous avons été des premiers à ex-
primer tout l’intérêt qui s’attachait à cet
effort si complet de nos voisins pour re-
nouveler les procédés de l’imagerie. Nous
avons prédit que la France serait à son tour
entraînée dans le mouvement et que nos
éditeurs devaient au plus tôt s’outiller pour
une lutte où l’avantage était acquis d’avance
à l’image gaie sur l’image triste. La poly-
chromie est à l’ordre du jour, c’est vers
elle que tous les regards se tournent.

La maison Hachette, qu’on retrouve tou-
jours lorsqu’il s’agit de la propagation d’une
idée féconde, débutait par des adaptations
et des traductions françaises de ces charmants petits ouvrages à gravures en couleurs,
traitées comme de légères aquarelles, que les Anglais éditaient pour leur Christmas.
L’imprimerie Lahure construisait des presses spéciales pour ces sortes d’impressions.
Déjà, en 1882, on pouvait signaler des essais fort encourageants. En un an nous avons
fait des pas de géant et l’année 1883 nous apporte un bagage qui peut soutenir la com-
paraison avec ce que l’Angleterre a produit de plus réussi.

Nous laisserons de côté les Poèmes enfantins illustrés par Kate Greenaway (Tra-
duction de J, Girardin), que met en vente la librairie Hachette; ils ont été imprimés

!
loading ...