Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 208
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0219
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES ARTS DÉCORATIFS A L’OPÉRA1

(deuxième et dernier article.)

Nous voudrions que l’espace qui
nous est mesuré nous permît de don-
ner tout entier le chapitre que M. Ch.
Garnier a consacré à l’avant- foyer •
c’est aussi bien pensé que vivement et
justement dit; nous devons nous bor-
ner, à regret, à ne citer que quelques
passages de cette remarquable étude.

«. Pour ce qui touche à la

décoration du monument, il y a deux
choses réellement hors ligne et qui
rendent la polychromie bien digne de
toutes les admirations : les marbres et
la mosaïque ; les uns, plus doux, plus fins, plus élégants, peut-être; l’autre
plus forte, plus étincelante, plus vigoureuse et plus sauvage, si l’on veut.
En tout cas, les deux se complètent l’un l’autre et forment, par leur
réunion plus ou moins directe, une association merveilleuse, comprenant
toutes les gammes de la palette, tous les reflets brillants et toutes les
splendeurs du coloris.

« Gela veut-il dire qu’il faille délaisser la pierre et n’employer plus que
les riches calcaires et les émaux chatoyants? Loin de là. La pierre a sa
tonalité particulière, nette et franche, et est, en somme, la première géné-
ratrice des monuments ; comme le pain est le premier des aliments, la
pierre est le premier des matériaux; mais il n’est pas sans charme de
mettre sur ce pain un peu de confiture ; il n’est pas sans grâce de mettre

1. Voy. Gazelle des Beaux-ArlSj 2e période, t. XXIX, p. 5.
loading ...