Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' art: revue hebdomadaire illustrée — 15.1889 (Teil 2)

DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.25868#0042

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
L’ARCHITECTURE AU SALON DE 1889

Les œuvres exposées cette année au Salon d’architec-
ture ne se ressentent en aucune Façon du prodigieux
entraînement provoqué par l’Exposition Universelle, et
c’est dans l’enceinte de cette dernière, et surtout au Champ
de Mars, où l’on pourra se rendre compte, par l’étude de
quelques-unes des constructions édifiées, de l’effort réel
et des progrès accomplis dans cet art, qui cherche depuis
longtemps sa voie, gêné, d’une part, par un enseignement
officiel insuffisant et suranné, et pbussé de l’autre par les
exigences et les aspirations de la société actuelle, récla-
mant plus que jamais des solutions architecturales bien en
rapport avec les programmes nouveaux qui s'imposent
pour ainsi dire chaque jour, de plus en plus complexes.

La physionomie du Salon, à part quelques projets de
réelle valeur, dénote de la part des jeunes une tendance
toujours marquée à traiter les études d’architecture en
peintres et à présenter au public des notes et des croquis
de voyages d’un intérêt douteux et bons à garder en por-
tefeuille ; on a souhaite souvent, et avec raison, de voir
le jury se montrer un peu plus sévère à l’égard de ces pro-
ductions, et demandé en outre l’exclusion des projets
ayant figuré dans les concours publics, ne retenant que
ceux primés ; cette sélection, qui n’aurait que l’inconvé-
nient de restreindre les surfaces couvertes, aurait l’avan-
tage de moins fatiguer le public exposé à rencontrer,
comme cette année, cinq ou six projets de mairie confec-
tionnés pour le même concours, conçus presque sur le
même plan et presque tous sans aucun intérêt.

L’examen méthodique des œuvres exposées nous amène
devant les dessins de M. Allorgc : Un Théâtre, projet pour
l’obtention du diplôme décerné à l’Ecole des Beaux-Arts.
Projet d’école s'il en fut, avec toute la lyre ! Ordres, enta-
blements, décoration à outrance, amalgame des parties les
plus connues de nos grands théâtres modernes, le tout en
sept châssis sans originalité, mais brillamment dessinés et
rendus à l’aquarelle.

Le projet de M. Brüneau : Monument à ériger à la
gloire de la Révolution française sur remplacement des
Tuileries, se compose d’un édifice central richement
décoré de colonnes et d’attributs ; de chaque côté, un
grand pavillon avec portiques formés de colonnes accou-
plées; bon projet, d’un bel effet décoratif et bien présenté.
(1 outes réserves faites sur l’emplacement choisi.)

M. Clément expose un projet de concours pour la
construction de la façade de la trop fameuse cathédrale de
Milan; c est un rude courage à lui d’avoir entrepris dans
ce style qui, dans notre architecture française correspon-

dante, comporte au premier chef une alliance intime de la
décoration à la construction, une œuvre purement décora-
tive, et ce n’est pas lui faire un gros compliment que de
trouver son œuvre meilleure que le reste de l'édifice qu’elle
est destinée à compléter.

M. Durand, un Projet de maison bourgeoise à Béliers.
que nous ne signalons qu’en raison de la 3e médaille à lui
décernée par le jury.

M. Dutocq, en collaboration avec M. Gaudez, statuaire,
un projet de monument à élever à Lyon à la gloire de la
République française; grande perspective rendue à l’aqua-
relle et joliment présentée.

M. Esquié : Etat actuel et restitution de la villa de
VEmpereur Hadrien ; cet ensemble de constructions ne
paraît pas comporter le développement qui lui a été
donné par l’artiste, et M. Esquié qui, dans ses précédents
envois de Rome, avait fait au moins preuve d’un réel
talent de dessinateur semble ici avoir exécuté en,hâte un
devoir, presque un pensum, pressé qu’il était de se débar-
rasser de la corvée académique afin de passer au plus tôt
à des solutions plus pratiques et plus modernes.

Compliments à M. Gagey pour son esquisse du con-
cours du Palais de l’Exposition universelle, d’une belle
ordonnance et d’un excellent aspect, et à M. A. Gauthier
qui, plus heureux que son confrère, a pu faire exécuter,
en partie du moins, son amusante composition : Esquisse
pour l’entrée de l’Esplanade des Invalides à l’Exposition
universelle de i88g.

De M. Genuys, un projet de fontaine décorative élevée
à Bayeux. Un projet de château à Beaumont (Marne), par
M. Liedenfrost, projet orné de beaucoup de tourelles et
récompensé d’une médaille de 3e classe. Un avant-projet
de lycée, de M. Léthorel.

M. Lheureux, qui expose comme M. Bruneau un
monument commémoratif à la gloire de la Révolution
française (à ériger au même emplacement), est un des
rares artistes convaincus de la nécessité d’une alliance
intime de la forme et des procédés de construction dans
la production de toute oeuvre d’art; aussi, ses études.sont-
elles toujours d’un grand intérêt; son projet se compose
d’un immense pylône édifié sur plan carré, ouvert sur les
quatre faces, et dont les pans en retraite sont couronnés
d’un dôme porté par un groupe de colonnes ; l’intérieur
est fermé par une disposition originale de voûtes en péné-
tration, avec arcs ornés de figures décoratives ; le pylône
central est relié aux constructions actuelles par des por-
tiques d’une belle ordonnance. Cette importante compo-
 
Annotationen