Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 23.1900

Page: 25
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1900_1/0033
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
NOTES SUR BERNARD1NO LUINI

(troisième article')

II

evant les anges peints en écoinçon pour
l’église Saint-Joseph, et tellement
beaux, on a pressenti avec quel art
Luini savait se plier aux lois de l'ar-
chitecture.

Deux églises, où toutes ses œuvres
sont intactes dans leur lumière et
leur fraîcheur, nous montreront toute
la force de sa peinture conservée aux
endroits mêmes où il l’a posée. La
première pour la date, c’est l’église de
Saronno. Edifié en 1498, dans la manière de Bramante, par Vin-
cenzo dell’ Orto2, achevé, sauf la façade, en 1516, par Paul Porta,
ce monument de la Renaissance lombarde fut déshonoré vers la
fin du xvue siècle (1666) par une façade baroque due à Carlo Bazzi ;

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 3e pér., t. XXII, p. 89 et 307.

2. Sur le modèle qui servit également à la Madonna di Piazza de Busto
Arsizio. La dernière édition du Cicerone relève également, à Busto Arsizio, v< dans
la coupole, une série de Sibylles, par Luini, riche en traits grandioses ». Le Gau-
denzio Ferrari (LAscension) de Busto Arsizio est justement célèbre; des Sibylles
peintes par Luini, c’est la première nouvelle. Y. Cicerone, 7e édition, 1898, t. II,
p. 825. Mais, qui peut se vanter d’avoir épuisé tout ce pays milanais, plein de
merveilles inconnues ? Sur Busto Arsizio, cf. les JSotizie storico statistiche, race,
da Luigi Ferrario. Busto Arsizio, 1864, in-8°, partie II, ch. iv, p. 197-224.

xxm. — 3e rF.RIODE.

4
loading ...