L' art: revue hebdomadaire illustrée — 8.1882 (Teil 2)

Page: 152
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1882_2/0175
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i 52

L'ART.

l'habileté de M. Pellegrino Succi, elles purent être détachées de la muraille et fixées sur toile. »

Un meilleur sort fut réservé à deux remarquables fresques, Enée s enfuyant de Troie, Un
Rachat de prisonniers. Elles furent transportées à l'Institut des Beaux-Arts, où l'on peut les
admirer dans leurs cadres originaux et au milieu de quelques-uns de ces beaux pilastres de
Barili.

A. Franchi.

(La fin prochainement.)

SALON DE 1882'

XIII

le danemark

n 187g, un élève de l'Académie des Beaux-Arts de Copenhague,
qui avait reçu les leçons de M. Bonnat, débutait au Salon de Paris.
M. Peter-Severin Kroyer exposait Daphnis et Chloé. L'année sui-
vante, Dans une sardinière à Concameau (Finistère) attirait davan-
tage l'attention, et l'an dernier le Chapelier de village faisait
décerner une médaille à M. Kroyer, qui nous donne aujourd'hui le
Portrait de M. Meldahl, un des meilleurs du Salon. L'artiste
danois a représenté son modèle debout, le dos tourné à une
grande cheminée de faïence, clans une attitude très vraie, très
simple, pleine d'aisance et de distinction, et — qualité suprême
— absolument exempte de pose. Ajoutez une science profonde
qui sait intelligemment se dissimuler de façon à éviter la moindre
trace de pédantisme, une puissance de modelé qui atteint à la
plus complète illusion de la vie elle-même, une coloration
franche, sobre, très juste, une exécution à la fois libre et
serrée, un sentiment très moderne, et vous vous formerez
une idée exacte de ce talent réfléchi qui a su profiter des
leçons de son maître sans imposer le moindre sacrifice à

Lettre composée 1 • f

« aminée pourra sa propre personnalité,
par Habert-DyS. Cette figure en pied, tout de noir vêtue, et s'enlevant

sans dureté aucune sur ce fond blanc de la faïence, est une des robustes
attractions du Salon. Si l'on contemple quelque temps M. Meldahl, on
se surprend bientôt à continuer en quelque sorte avec lui une conversa-
tion qui vous tient sous le charme, tant la vie se dégage intense de cette
toile qui place définitivement le peintre hors de pair. Il sait admirablement son métier, mais
cette belle organisation d'artiste se garde bien de ne tenir en honneur que les habiletés « de la
patte » ; elle les veut subordonnées à la pensée qui toujours domine son œuvre. M. Kroyer est
de ceux qui se disent qu'on n'est véritablement un artiste qu'à la condition d'être un créateur.
Le plus fort des exécutants, du moment où il n'y a rien chez lui que l'exécution, rentre dans la
catégorie des Limousins de la peinture; maçon accompli, je n'en disconviens pas; — artiste,
non pas.

1. Voir l'Art, 8e année, tome 11, pages 92 et 129.
loading ...