L' art: revue hebdomadaire illustrée — 8.1882 (Teil 2)

Page: 92
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1882_2/0109
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A.u maître, Vhonneur de VEcole française par la supériorité du talent, la droiture et
V'élévation du caractère, la sincérité de la modestie, la dignité d'une vie exclusivement consacrée
à l'art et scrupuleusement exempte de toute intrigue, à Elie 1)elaunay, ce Salon est dédié
par son respectueux et très indépendant admirateur.

Taul Lehoi.

I

'inscris en tête de ces pages le nom d'un véritable
grand artiste qui s'impose à une élite par son seul
talent, qui ne doit rien, absolument rien à la
réclame, qui n'a cure des préoccupations de boutique,
que la foi profonde de son art domine tout entier,
qui n'est jamais descendu, qui ne descend jamais à
sacrifier à la mode, et qui ne se préoccupe en aucune
façon des applaudissements du public, « the great
big stitpid »j ainsi que le désignait vaillamment
l'auteur de Vanity Faiv, cet illustre Thackeray qui,
le scalpel à la main, avait poussé si loin l'étude de
son incommensurable et imperturbable ignorance.

Je ne saurais rendre trop hautement hommage
au peintre éminent que les fabricants de tableaux,
en immense majorité aujourd'hui, n'ont pas trouvé
digne de leurs suffrages et qu'une infime minorité a
eu l'honneur de faire arriver dernier sur la liste des
candidats repoussés pour le jury du présent Salon.

II

En apprenant ce résultat si flatteur pour Messieurs les votants, je pris la liberté d'écrire à
M. Elie Delaunay que je n'ai vu qu'une fois en ma vie — c'était pour lui recommander un jeune
artiste anglais très désireux de recevoir les conseils d'un tel maître —: et, sous prétexte de
m'enquérir des œuvres qu'il envoyait au Salon, je lui demandai son portrait photographique; la
direction de l'Art avait en effet décidé de le publier.
loading ...