L' art: revue hebdomadaire illustrée — 12.1886 (Teil 1)

Page: 120
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1886_1/0144
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
HISTOIRE DE SAINT JEAN-BAPTISTE

AU CHATEAU DE PAU

SUITE DE TAPISSERIES DE LA FIN DU XV' SIÈCLE

e château de Pau, qui peut sans désavantage être comparé aux demeures
royales des bords de la Loire, ne s'offre pas seulement à notre admira-
tion par sa merveilleuse situation, par son architecture et par l'intérêt
de ses souvenirs historiques, mais aussi par les belles collections de
meubles précieux qu'il renferme, et tout particulièrement par les
superbes tapisseries qui le décorent.

Les plus anciennes de ces tapisseries sont de la fin du
xve siècle. Elles représentent divers épisodes de la vie et de la
légende de saint Jean-Baptiste et peuvent certainement être clas-
sées parmi les plus curieuses que l'on puisse rencontrer.

Déjà, dans l'Art (1878, tome II, page 228), M. Véron les
avait signalées à l'admiration des curieux d'art, en faisant remarquer qu'il était impossible de
rien voir de plus naïf, de plus vivant, de plus dramatique, dans le sens étymologique du mot.
Comme lui, nous trouvons qu'à côté de celles-ci, les tapisseries d'apparat paraissent bien
insignifiantes.

M. André Gorse, clans une brochure consacrée aux tapisseries du château de Pau, les désigne
aussi, de son côté, à l'attention toute particulière du public.

Ces tentures ont subi bien des vicissitudes : déjà avant la naissance de Henri IV, elles se
trouvaient au château de Pau; en 1578, le roi les fit envoyer avec d'autres objets mobiliers au
château de Nérac, comme en fait foi l'inventaire établi à cet effet, qui mentionne huit pièces de
l'histoire de saint Jean. Peu après, elles revinrent de nouveau à Pau et, en 1602, elles figurèrent
dans l'inventaire des objets envoyés de Pau à Paris. Enfin, sous le roi Louis-Philippe, elles
furent de nouveau et cette fois, espérons-le, définitivement renvoyées du garde-meuble au
château de Pau. Mais toutes ces pérégrinations ne se firent pas impunément; car des huit pièces
mentionnées dans l'inventaire d'envoi de Pau à Nérac en 1578, il n'en reste plus, hélas! que
cinq, les trois autres étant, sans doute, perdues. Cette suite se trouve reléguée dans deux chambres
tendues de velours gaufré, l'une grenat, l'autre vert, au second étage de l'aile nord du château
que d'ordinaire on ne montre pas aux visiteurs. Elle est désignée ainsi qu'il suit dans l'inventaire
dressé le 3o septembre 1882 par M. Williamson : « 2e étage du nord, salon et chambre à
loading ...