Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 34
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0039
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
oh

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

sèque du portrait, un des plus beaux que Rubens ait peints, il se rattache
en quelque sorte à l'histoire des tableaux exécutés pour la galerie du
Luxembourg et qui sont maintenant au Louvre. On sait que le grand
maître s'est fait aider dans cet immense travail par ses élèves, dont plu-
sieurs étaient eux-mêmes des maîtres.

C'est à Anvers, dans l'atelier de Rubens, que les vingt et an grands
tableaux du Louvre ont été exécutés. Les esquisses en grisaille, qui
furent peintes à Paris, sous les yeux de Marie de Médicis, présentent
quelques variantes avec nos peintures. Le musée de Munich possède
dix-huit de ces esquisses, mais l'une d'elles, représentant la reine relé-
guée au château de Blois, n'a pas été exécutée. La galerie clu palais du
Luxembourg où se trouvaient les peintures de Rubens était attenante à la
chambre de la reine; elle n'existe plus aujourd'hui, et c'est là que se
trouve maintenant le grand escalier d'honneur. Une autre galerie paral-
lèle à la première devait contenir une nouvelle série de peintures où aurait
été représentée l'histoire de Henri IV. Rubens fut naturellement chargé
de ce nouveau travail : cependant il paraît qu'il y eut certaines intrigues
pour le lui ravir et le donner au peintre italien Josepin, que protégeait
le cardinal de Richelieu. Quoi qu'il en soit les tableaux ne furent pas exé-
cutés; mais le travail a été commencé par Rubens : deux superbes toiles
ébauchées, représentant l'une le Triomphe du roi, l'autre la Bataille
d'Ivry, se voient à la galerie de Florence. Une esquisse, où le roi agite
une branche de laurier et emmène Marie de Médicis sous les auspices de
l'Hyménée, et une figure de la France, sous les traits de Marie de Médicis,
paraissent se rattacher à la même série. Les causes qui firent échouer le
second projet sont assez confuses, mais le nom du baron de Vick, cause
première clu voyage de Rubens en France, appartient de droit à l'histoire
de l'art, et l'admirable portrait si bien gravé par M. Waltner est pour
nous un souvenir historique en même temps qu'un chef-d'œuvre.
loading ...