Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 428
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0443
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
JEAN-FRANCOIS MILLET

o

Au n° 7 de la rue
Saint - Georges , dans
une cour, sous une
tente improvisée à la
hâte, posée pour trente
jours sur quatre pavés,
quelques feuillets déta-
chés de l'œuvre d'un
artiste ont été réunis
pour être montrés au
public. On se dit que
les oboles recueillies au
seuil de cette exposition
iront s'ajouter à l'épar-
gne d'une veuve qui n'a
pour toutes richesses
qu'un nom et neuf en-
fants. D'autre part, il
faut à Paris avoir vu
tout ce qui est à voir.
On s'engage donc dans la petite rue froide, grise, inanimée qui rampe
aux dernières pentes de la colline des Martyrs. On entre. Et voici qu'aus-
sitôt tout un flot de pensées nouvelles, mille questions dédaignées ou
négligées envahissent l'esprit du visiteur.

Qu'y a-t-il donc là de si exceptionnel ? — Au premier abord, peu de
chose : de vulgaires morceaux d'un papier à gros grain, couverts d'un
crayonnage plus ou moins coloré, mis sous glace et montés dans une
bordure d'or, et cela suffit à nous arrêter longuement. Cela nous retient,
loading ...