Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 164
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0173
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA SYMBOLIQUE DU FEU

Les énergies du feu sont représentées dans la
mythologie homérique par Hèphaistos, dans la mytho-
logie hésiodique par Promètheus. Hèphaistos (de
ÎGTtv)), c'est la flamme qui allume le foyer; le
nom de Promètheus, qu'on a retrouvé dans le San-
skrit védique, signifie en grec le Prévoyant : c'est le
feu qui éclaire devant lui. Les récits d'Homère sur
Hèphaistos, d'Hésiode sur Promètheus, se rappor-
tent également à la nature du feu. Le Dieu aux
jambes torses précipité de l'Olympe, c'est la foudre
qui tombe du ciel en lignes sinueuses. Le Titan
enchaîné à une colonne et condamné à un supplice
éternel, c'est le feu captif sur l'autel du sacrifice, où
ses entrailles toujours renaissantes sont dévorées par
l'aigle de Zeus, c'est-à-dire par le vent du ciel (âefoç aigle, àvjp air, de
«w, souffler.)

La légende d'Hèphaistos et celle de Promètheus offrent beaucoup de
traits communs. On a supposé qu'Hèphaistos avait remplacé Promètheus
quand la religion hellénique des Olympiens avait succédé à la religion
pélasgique des Titans; mais rien n'établit cette antériorité des Titans sur
les Olympiens. Les deux traditions sont probablement aussi anciennes
l'une que l'autre, et paraissent s'être rencontrées en Attique, car on voit
Hèphaistos et Promètheus associés avec Athènè chez les Athéniens qui
célébraient en leur honneur des courses aux flambeaux à la fête des
lampes. Il y avait près de l'Académie des statues d'Athènè, d'Hèphaistos
et de Promètheus, placées sur le même piédestal. Hèphaistos était repré-
senté plus jeune, Promètheus plus âgé, et tenant un sceptre à la main.
loading ...