Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 199
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0209
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

Heures romaines avec figures par A. Queyroy, gravées par A. Gusman.
In-12 de 516 pages. Alfred Marne et fils à Tours.

Depuis longtemps la mode est revenue des livres d'heures illustrés. C'est même en
les décorant que la chromolithographie s'est surtout développée en France.

Après avoir voulu imiter, par des procédés en partie mécaniques et en tout cas insuf-
fisants, les manuscrits à miniatures, surtout ceux du xve siècle dont les marges sont
couvertes d'encadrements, on en est revenu à reproduire les anciens imprimés où l'art
nouveau s'essayait à lutter contre ces mêmes monuments qu'il allait bientôt remplacer.

Les vrais bibliophiles n'ont jamais admis l'alliance de la couleur de l'ornement avec
le noir de la typographie, aussi n'auront-ils rien à reprocher en ce sens aux Heures
romaines que M. A. Queyroy vient de décorer pour MM. Marne. Ils y trouveront
même un souvenir agréable de ces « Heures à l'usaige de Rome », qui portent les
marques de Simon Yostre, d'Antoine Vérard, ou de Galliot Dupré. Mais comme il vou-
lait en dessiner les ornements dans le style du xve siècle, M. A. Queyroy a plus parti-
culièrement étudié ceux que les manuscrits de cette époque nous donnent avec tant
d'abondance. Il lui est resté à en modifier la composition pour l'approprier au format
adopté, et les colorations afin de tout réduire à des oppositions de blanc et de noir.

Suivant l'occurrence, les ornements s'enlèvent en clair sur un fond noir criblé de
points blancs qui en atténuent la dureté, ou en vigueur sur un fond blanc ponctué de
noir par la même raison. Le plus souvent, l'un ou l'autre de ces partis est exclusive-
ment adopté, mais parfois tous les deux se combinent sur le même encadrement.

Ces ornements se composent de fleurs en semis ou sur leurs tiges, ancolies, pensées,
roses ou marguerites... tantôt copiées sur la nature, tantôt librement interprétées; de
branchages et de fleurons entièrement composés, le tout combiné avec des figures
d'anges, de saints, d'hommes et de femmes, d'animaux de toute espèce, et des bande-
roles portant des devises.

Ces encadrements nombreux et variés bondent toutes les pages indistinctement,
mais il en est de plus spécialement affectés à certaines parties, comme les souvenirs
de famille, le calendrier, la messe et l'office des morts.

A ces ornements viennent s'ajouter de nombreuses vignettes en pleine page qui
marquent le commencement des principales divisions du livre et qui sont composées,
dessinées et gravées dans un juste sentiment des premières gravures sur bois. Peut-
être, afin de rendre l'imitation plus grande, le graveur, M. A. Gusman, eùt-il pu
loading ...