Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 135
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0144
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UN AMATEUR PARISIEN

DU XVIe SIÈCLE

ans un petit volume imprimé à Paris en
1573, chez Jean de Bordeaux et intitulé
« Traité de la Theriaque et Mithridat,
contenant plusieurs questions générales
et particulières, etc. », on lit une épître
« av très chrestien el invincible Roy
Charles neufuiesme », se terminant par
ces lignes : « Né reste maintenant autre
chose, Sire, que de supplier très-humble-
ment vostre maiesté, que suyuant vostre
grande bonté et excellente courtoysie,
vous receuiez humainement et de bon cœur ce mien petit labeur, en
attendant que prendrez vostre loisir et commodité pour vous faire
voir l'histoire Francoyse de nostre temps, tant en prose qu'en vers, avec
les cartons de peinture, façonez par les plus excellens peintres de la
France et de l'Italie, en quoy apparoist la grandeur de vostre maiesté :
le tout pour vous donner plaisir et éterniser la memoyre de vos rares
vertus. »

Après l'humble et respectueuse formule d'usage à l'adresse du bénin
monarque, l'auteur signe : — Nicolas Houel, apothicaire à Paris. —
Viennent les élégies, odes et sonnets, accompagnement obligé de tout
livre du xvie siècle; enfin l'analyse des soixante-cinq médicaments
simples, des quarante-deux substances entrant dans la composition de
ces précieux électuaires aujourd'hui presque abandonnés.

Quel était ce praticien qui joignait aux soins de son officine le culte
de l'Art et de la Poésie? qu'entendait-il par ces carions de peinture sur
lesquels il appelait l'attention du Roi au début d'un livre de pharmacie?

Nicolas Houel était né à Paris en 1520. Possesseur d'une fortune
honorablement acquise dans l'exercice de sa profession, il en consacrait
loading ...