Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 337
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0351
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION DE L'UNION CENTRALE

HISTOIRE DU COSTUME

salle du moyen age

Ce qui différencie le costume du Moyen Age de celui de
l'Antiquité, c'est que ce qui était draperie s'est fait vête-
ment. Il est difficile de croire cependant que les anciens
fussent aussi peu protégés contre les intempéries que
nous le montrent les monuments, et que ceux des climats
un peu rudes ne portassent pas d'ordinaire autre chose
que des étoffes d'un ajustement incommode. L'usage de
la caracalle, sorte de lévite plus ou moins longue, montre
que chez les Romains d'une certaine époque on aban-
donnait la tunique et la toge réservées pour les grandes
cérémonies, et les stèles funéraires qui représentent des
artisans gallo-romains, nous révèlent qu'ils portaient des
vêtements quelque peu ajustés.

Les barbares apportèrent un élément nouveau dans le
vêtement. Les Gaulois n'avaient d'abord recouvert leur
buste que d'un manteau — la saie, — tandis qu'un pantalon, —- les
braies, — se perdant dans un soulier de peau, protégeait le reste du
corps : ils finirent par y ajouter une tunique.

La tunique, les braies et le manteau, tel fut le costume dont, sous des
noms et avec des formes variables, le Moyen Age hérita des populations
formées du mélange des autochthones, des conquérants et des envahis-
seurs, qui pour la France furent les Gaulois, les Romains et les Francs.

C'est le costume que Charlemagne portait lui-même, réagissant contre
l'envahissement des amples vêtements que la mode avait empruntés
d'abord aux Latins, puis aux Grecs.

Ce sont les variations principales de ce costume que nous voulons
suivre, depuis les Carolingiens jusqu'à la fin du \ve siècle, en nous

XI. — 2e PÉRIODE. 43
loading ...