Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 740
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0771
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

740

les plus complets de dame à cheval. Coiffée d’un chapeau à mentonnière,
les cheveux relevés en chignon, la comtesse est revêtue d’une cotte et
d’un surcot à jupe courte, fendu à la place des manches. De la main
droite, elle tient les rênes et, de la gauche gantée, donne l’essor à son fau-
con vers un oiseau qui s’envole. Le cheval, au poitrail orné de pendeloques,
marche un amble allongé; la couverture de la selle est découpée en
lanières qui flottent. Sous le cheval, un lévrier poursuit un lièvre. Le
sceau d’Alix, duchesse de Brabant, 1260, tout en donnant les détails

ALIX, DUCHESSE DE BRABANT.

figurés dans le type de la comtesse de Duras, présente un meilleur en-
semble et plus d’action. On a préféré le reproduire ici.

Je ne dois pas garder le silence sur un exemple de selle unique dans
la collection des sceaux. Une sambue en forme de gaine, fendue sur le
devant et soutenant par derrière le dos et les épaules, emprisonne jus-
qu’aux hanches le bas du corps de la dame de Pierre-Pertuse, 12A0.

Les représentations équestres de dames durent une centaine d’années,
de 1172 à 1278. Elles ne reparaissent plus qu’avec les archiduchesses
d’Autriche, au xve siècle.

On ne saurait refuser aux graveurs du moyen âge de brillantes facul-
tés d’exécution. Ils savent traiter les détails avec une finesse exquise,
loading ...