Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 15.1877

Page: 106
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_1/0113
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

LE TRÉSOR DE L’ABBAYE DE SAINT-MAURICE D’AGAUNE1

i depuis longtemps déjà M. Blavignac, dans son Histoire
de Varchitecture sacrée du ive au xe siècle, dans les
anciens évêchés de Genève, Lausanne et Sion, nous
avait fait connaître par des dessins au trait ainsi que par
leur description quatre des pièces principales du trésor
de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, il l’avait fait de
façon à laisser regretter qu’un travail d’ensemble ne fût
point entrepris sur le trésor tout entier.

Un érudit qui a eu l’idée assurément originale de
chercher en Suisse autre chose que le spectacle de la
nature, M. Édouard Aubert, membre de la Société des antiquaires de France, s’est
chargé du soin de nous le faire connaître, et si son livre peut dispenser de s’arrêter
après lui dans l’abbave où il lui a fallu séjourner longtemps, il donne en même temps
l’envie de visiter les précieux monuments d’orfèvrerie qu’il a si bien figurés et décrits.

Mais il ne s’est pas contenté, dans le livre magnifique qui nous occupe, de l’objet
même qu’il s’était proposé. Il a fait précéder son étude d’une histoire de l’abbaye et
des abbés qui s’y sont succédé depuis les premières années du vie siècle. A cette
époque une communauté nouvelle se reconstitua, à la place de celle qui y existait dès
la fin du iv® siècle, aux lieux où la légion thébéenne, commandée par saint Maurice,
avait été décimée un siècle auparavant.

Nous laisserons de côté cette partie importante de l’œuvre de M. E. Aubert pour
ne nous occuper que de celle qui concerne plus spécialement le trésor de Saint-Maurice.

Celui-ci se trouve à peu près tel aujourd’hui qu’il était dans le second tiers du
xvie siècle, lorsque l’un des abbés du monastère en fit l’inventaire, bien qu’il ait
couru de grands dangers depuis trois cents ans, surtout lors de l’invasion française
en T798. En partie caché dans la chapelle d’un hameau qui fut incendié, en partie
confié à la loyauté des habitants, il a repris après la tourmente la place où depuis
treize siècles pour le moins plusieurs des pièces qui le composent avaient été con-
servées.

1. Trésor de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, décrit et dessiné par Édouard Aubert. 1 vol. gr. in-4°
de 2G3 pages dont une table, avec 45 planches chromolithographiées ou gravées. — Veuve À. Morel et C1'.
Paris, 1872.
loading ...