Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 15.1877

Page: 402
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_1/0417
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
VENTES A L’HOTEL DROUOT

i.

TABLEAUX ET TAPISSERIES DU DUC D’ALBE.

eux collections exceptionnelles, l’une
venant de Madrid, l’autre de Londres,
seront vendues à quelques jours d’inter-
valle, dans le mois d’avril. L’une, celle
du duc de Berwick et d’Albe, va livrer
aux feux des enchères une partie notable
des richesses artistiques, tapisseries, gra-
vures et tableaux que nous avons maintes
fois étudiées et admirées au palais même
de Liria, à Madrid. L’autre vente, la
vente B..., amenée par un deuil de
famille, doit comprendre des tableaux de premier ordre, des statues, des
objets d’art de grande valeur. La Gazette des Beaux-Arts devait à ses
lecteurs quelques lignes d’appréciation sur les principaux morceaux de
ces deux collections d’un intérêt tel que l’hôtel Drouot n’en verra pas, de
longtemps, de plus importantes.

La maison d’Albe, dont la puissance avait été portée si haut par le ter-
rible fléau des Flandres, le héros de Mühlberg, le conquérant du Portugal,
avait accumulé dans ses palais, soit par acquisitions, — comme celles
que fit le grand duc d’Albe, à la vente de Charles Ier, — soit par voie
d’héritage ou soit par des alliances avec les plus illustres familles d’Es-
pagne, d’innombrables richesses artistiques et des peintures de la plus
insigne beauté. Ces richesses, ces tableaux renommés, Ponz, un savant
critique, les décrit sommairement dans cette précieuse compilation qui
porte le titre de Viage en Espaîïa et qui date des dernières années
du xvme siècle. «Entre autres peintures admirables, écrit Ponz, que ren-
loading ...