Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 238
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0253
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GAZETTE DES BEAUX-ARTS

238

rien sans documents exacts et précis. On comprend alors sur quel
terrain solide de vérité il s’appuie. Jamais la scène prise sur le vif,
sur nature, n’est exactement et sèchement reportée dans l’illustra-
tion. Ce n’est qu'un point de départ pour un travail ultérieur, tout
de création, qui se passe dans sa tête, et où les mille croquis
d'observation ne sont que les matériaux qui serviront à édifier
l’œuvre imaginée. Ces carnets, c’est le monde sous ses aspects les
plus divers, c’est l’histoire des mœurs, des costumes pendant plus
de vingt ans, et, comme il ne les remplissait que pour lui, sans
souci de les montrer, ils ont ce charme imprévu, cette liberté et
cette brièveté d’indication dont les dessins du grand maître Rem-
brandt, seront un éternel et génial exemple.

Sans doute, il n’aura été qu’un illustrateur ; mais, à feuilleter
son œuvre déjà considérable, on s’aperçoit une fois de plus qu’il n’est
pas de petit genre pour un homme de talent. Pendant vingt-cinq
années, il aura répandu dans le journal illustré et le livre tous les
trésors d’une imagination incroyablement féconde, d’une ingéniosité
pleine de ressources, d'un esprit primesautier et gamin ; quand il
le faut, son dessin atteint aussi aisément l’ampleur et le style. Tout
cela, il l’a mis au service de l’actualité la plus immédiate. Il aura
ainsi amusé et charmé des millions de lecteurs. Que ceux-ci, le
journal replié, le livre fermé, n’oublient pas son nom : il est un des
artistes les plus originaux de ce temps. Le Musée du Luxembourg
a compris son devoir, en exposant crânement, dans la salle des
artistes étrangers, la superbe gouache qui a servi à l’illustration du
Viatique de nuit à Madrid. La Bibliothèque Nationale ne doit pas
faillir au sien en semblant ignorer totalement l’existence de Daniel
Vierge, et en ne pouvant communiquer aux curieux, qui le lui ont
si souvent demandé, sinon an carton de dessins à la plume qu'il lui
eut été si facile de réunir, du moins l’ensemble complet de son
œuvre illustré.

GASTON MIGEON

\
loading ...