Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 431
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0454
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHARLES YRIARTE

Il y a deux mois, la Ga-
zette des Beaux-Arts publiait
les dernières lignes d’une in-
téressante étude de Charles
Yriarte, et quelques semai-
nes plus tard nous adressions
à celui qu’elle comptait de-
puis tant d’années parmi ses
collaborateurs les plus aimés
le suprême adieu.

Il est tombé frappé pres-
que soudainement, lui qui
autrefois avait connu de lon-
gues et cruelles souffrances
héroïquement supportées et
qui avait survécu à la terrible épreuve; il est tombé pour ne plus
se relever, alors qu’il pouvait espérer que le temps lui serait donné
d’ajouter plus d’une belle œuvre à ses œuvres passées. Il lui restait
encore tant de choses à nous dire !

La mort l’a pris trop vite, mais ce fut une existence bien rem-
plie que la sienne. Il avait la volonté, l’énergie, l’ardeur vaillante
sous des dehors très doux, très calmes, très réservés. De bonne
heure l’art l’avait attiré. A vingt ans, après ses classes, il était entré
dans l’atelier de l’architecte Constant Dufcux. Quatre ans plus tard,
il avait été nommé inspecteur de l’asile de Yincennes et de l’asile du
loading ...