Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 302
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0319
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GIOVANNI SEGANTINI

Le développement harmonieux de la personnalité en qui l’Italie
moderne reconnaît sa plus haute expression artistique et la peinture
alpestre son plus complet représentant, la formation de l'homme
intérieur autant que du praticien émérite chez Giovanni Segantini,
sont sans contredit un phénomène d’autodidactisme esthétique et
philosophique unique en son genre.

Il s’agit d’un petit montagnard du Trentin, né à Arco en 1858.
Sa mère mourut très jeune et il avait cinq ans lorsque son père
l’emmena à Milan, où il avait un fils et une fille du premier lit. Les
affaires de la famille tournant très mal, le père et le fils s’expa-
trièrent, confiant Giovanni à sa sœur. Dès lors commença pour
l’enfant une vie de misère et de solitude qu’il a maintes fois racontée.
Le petit se consumait de la nostalgie du grand air et passait son
temps aux fenêtres de son galetas : « Qu’il plût ou qu’il fît beau
temps, mon âme était triste et résignée : je ne comprenais pas encore
si cette existence pouvait être longue à l’infini ou si elle aurait une
fin subitement. Quand les cloches des campaniles voisins sonnaient,
ma solitude redoublait et j’éprouvais comme une torture de l’âme.
loading ...