Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 487
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0514
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’EMERAUDE DE BAJAZET II

ET LA

MÉDAILLE DU CHRIST D’INNOCENT VIII

Ln 1888, M. Bode, qui venait d'ac-
quérir pour le Musée de Berlin un petit
tableau représentant une tête de Christ,
qu’il attribuait à J an van Lyck, recher-
chait, dans la Zeitschrift fïir christliche
lûmst, à quel type il devait rattacher ce
profil très régulier. 11 publiait alors une
médaille, dont l'avers offrait une tête de
Christ de profil et le revers l’inscription
suivante :

« Présentes figure ao [sic] similitudinem domini ihesu salvatoris nostri
et apostoli pauli in amiraldo impresse per magni theucri predecessores
antea singulariter observate misse sunt ab ipso magno theucro s. d. n.
pape innocencio octavo pro singulari donc ad hune finem ut suum fratrem
caplivum retineat. »

M. Bode faisait fort justement remarquer que cette médaille,
plus moderne que le tableau d’un demi-siècle, ne pouvait avoir été
le modèle immédiat copié par l’artiste néerlandais, mais que ce
dernier devait avoir essayé de rendre, avec le plus de fidélité pos-
sible, un ancien type traditionnel dérivant de cette émeraude de
Constantinople envoyée à Borne à Innocent VIII. « De telles imita-
tions, ajoutait-t-il, paraissent être venues vers l’Occident dès l’anti-
quité et avoir servi de type à la représentation du Sauveur. »
loading ...