Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 129
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0142
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ANCIENNE ÉCOLE DE PEINTURE

DE LA BOURGOGNE

(DEUXIÈME ET DERNIER ARTICLE1)

On s’accorde à reconnaître comme étant l'ouvrage de Malouel
un panneau rond, peint sur fond doré, qui fait partie des collections
du Musée du Louvre2 et représentant le Christ mort, soutenu par
l’Eternel, de la bouche duquel sort, sous forme d’une colombe, le
Saint-Esprit, tandis que la Vierge, accompagnée de saint Jean, sou-
lève les bras de son Fils; auprès de ces personnages principaux sont
placés six petites figures d’anges. Ce tableau est très vraisemblable-
ment celui qui est décrit dans l’inventaire de Philippe le Bon, duc
de Bourgogne (1420), dans ces termes : « Un autre tableau de bois
rond, couvert d’or bruny, par devant duquel a ung ymage de N. S.
de Pitié, N. D. et plusieurs anges, tous faitz de painture3. » Peut-
être est-ce le tableau que le duc emportait toujours avec lui et pour
lequel il commanda, en 1420, un étui de cuir à Gilles, le coffrier de
Lille4. Ce qui le ferait croire, c’est que le revers du panneau porte

1. V. Gazette des Beaux-Arts, 3e pér., t. XIX, p. 36.

2. M. Lafenestre, conservateur de la peinture, s’est rangé récemment à cette
opinion, en faisant placer sur ce tableau une inscription qui l’attribue à Malouel.

3. De Laborde, Les Duc s de Bourgogne, t. (1, p. 240.

4. Ibid., t. Ier, p. 181.

xix. — 38 PÉRIODE.

17
loading ...