Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 36
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0044
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ANCIENNE ECOLE 1)E PEINTURE

DE LA BOURGOGNE

(premier article)

end a nt longtemps on a cru qu’il n’avait pas
existé d’école de peinture en France avant
l’époque de la Renaissance. Cette erreur
grossière ne pouvait se maintenir depuis
(q11e l’on a patiemment entrepris de dé-
pouiller nos archives dispersées et que l’on
a commencé à rechercher les moindres tra-
ces de nos anciens maîtres. Toutefois, l’histoire de la
peinture française est plus difficile à écrire que celle de
la sculpture et de l’architecture, dont les productions sont,
en partie, restées dans la contrée qui les a vues naître,
tandis que les tableaux et les retables, plus mobiles, ont
souvent été transportés au loin, sans qu'on ait conservé
le souvenir de leur provenance. L’esprit français n’a
jamais été conservateur : chaque époque a résolument rejeté ce qui
lui semblait ancien et, par conséquent, barbare. Tel n’est pas le
caractère de l’Italie on des Pays-Bas, où l'on trouve encore dans les
églises la plupart des tableaux qui ont été commandés pour leur
décoration primitive. Il résulte de ces variations successives du goût
qu’il existe dans notre histoire une lacune de plusieurs siècles. Les
érudits s’efforcent aujourd’hui de la combler, et ils ont déjà réussi
à tracer les chapitres qui manquaient à nos annales1.

Consulter : de Laborde, Les Ducs de Bourgogne ; Dehaisnes, Histoire de
l'art dans la Flandre; B. Prost, Quelques documents sur l’histoire des arts en France
loading ...