Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 217
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0232
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES CAMÉES ANTIQUES DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE

(DEUXIÈME ARTICLE')

LES ORIGINES DU CAMÉE

III

l’on entend par camée une agate à
plusieurs couches superposées, gravée
en relief et dans laquelle l’artiste s’est
efforcé de tirer parti des nuances po-
lychromes et naturelles de la gemme
pour produire certains effets de se-
cond ou d’arrière-plan comme dans
la peinture, ce genre de travail —
ainsi que nous le verrons bientôt —■
n’a commencé à être pratiqué que
chez les Grecs et assez tardivement.
Mais si le camée est simplement une gemme plus ou moins translu-
cide ou opaque, indifféremment monochrome ou polychrome, sur
laquelle l’artiste a gravé un sujet en relief ou en ronde bosse, sans
tenir compte des couches stratifiées que la nature présente acciden-
tellement sous son outil, l’antiquité égyptienne a su en produire
abondamment dès le temps des premières dynasties pharaoniques.

Rien de plus répandu, en effet, dans nos musées, que ces sta-
tuettes d’animaux divins, bœufs, lions, chats, hippopotames, gre-
nouilles, ibis, ou ces amulettes et symboles religieux, en pierres
dures aussi bien qu’en verre ou en porcelaine, qu’on ramasse dans
1. Voir Gazette des Bcavx-Arts, 3e pér., t. XIX, p. 27.

XIX. — 3' PÉRIODE.

28
loading ...