Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 196
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0210
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UNE NOUVELLE FRESQUE HE G II IR LA NI) A.10 A FLORENCE

asari, racontant la vie de Domenico Ghir-
landajo, rapporte que les premières
peintures du maître furent, à l'église
Ognissanti de Florence, « ...la cap-
pella de’ Vespucci, dov’ è un Cristo
morto ed alcunisanti e sopra (in) un
arco un a Misericordia, ne lia quale è il
ritratto di Amerigo Vespucci che fecc
le navigazioni dell’ Inclie ». Jusqu’à
ces jours derniers, on supposait que
cette fresque avait été détruite; Bottari
dit que, « lors de la modernisation de la chapelle, en 1616, les pein-
tures de Ghirlandajo furent couvertes de badigeon » ; Milanesi, dans
ses notes sur Yasari, répète le même renseignement.

Or, les l'écits de Yasari et de Bottari sont tous deux inexacts.
Les Vespuce possédaient deux chapelles dans l’église Ognissanti,
ainsi qu’un autel, placé à droite quand on entre dans le sanctuaire.
C’est sur cet autel, et non dans l’une ou l’autre des chapelles, que
les fresques mentionnées par Yasari, la Déposition de Croix et la
Miséricorde, ont été retrouvées.

Il y a un contraste si frappant entre la partie haute et la partie
basse qu’on pourrait se demander si toutes deux furent bien peintes
pour la place qu’elles occupent et, en cas contraire, quelle est celle
qui fut rapportée (d’autres fresques ont été déplacées, on le sait,
loading ...