Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 240
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0255
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
240

GAZETTE DES BEAUX-ARTS

cas d’urgence, M. Heuzey put, sans retard, télégraphier à M. Paris
les instructions relatives à l’achat du précieux monument. On ne
saurait trop louer ni remercier M. Paris. Il sut rapidement mener
à bien les négociations et ne quitta sa conquête qu’après l’avoir
amenée sur la terre de France. C’est à sa décision et à son dévoue-
ment que notre musée national doit de posséder une œuvre d’art
dont 1 intérêt historique égale la beauté.

Dès le mois de septembre 1897, M. Heuzey, dans une note
substantielle lue devant l’Académie des Inscriptions et Belles-
Lettres1, a déterminé les éléments du problème historique qui se
pose au sujet du buste d’Elche. Ce problème, il l’avait d’ailleurs
éclairé à l’avance par le mémoire qu'il avait publié en 1891 2, sur cet
art ibérique, inconnu ou méconnu avant lui, domaine nouveau dont
il a enrichi l’histoire générale de la civilisation antique. Depuis,
M. Paris a écrit sur le buste d’Elche une étude détaillée qui a paru
dans les Monuments et Mémoires de la fondation Piot3. Leurs tra-
vaux facilitent singulièrement ma tâche. Je dois seulement présenter
aux lecteurs de la Gazette des Beaux-Arts une œuvre digne d’inté-
resser les artistes autant que les savants, et, sans dissimuler les obs-
curités qui demeurent autour d’elle, leur dire ce qu’un archéologue
peut penser aujourd’hui des questions qu’elle soulève.

Le buste d’Elche est taillé dans une pierre calcaire très tendre ;
il est de grandeur naturelle, mesurant 53 centimètres de hauteur.
Il nous est parvenu dans un rare état de conservation. Cette con-
servation serait même parfaite, sans deux coups de pioche malen-
contreux : l’un a entamé la tranche d’un des couvre-oreilles et,
heureusement arrêté par cet obstacle, a seulement rayé le nez d’une
légère éraflure ; l’autre a enlevé deux perles du collier, après avoir
écorché un pli du manteau.

1. Comptes rendus de VAcadémie des Inscriptions, 1897, p. 505 et suiv. (tir. à part).

2. Statues espagnoles de style gréco-phénicien, dans la Revue d’Assyriologic et
d'Archéologie orientale, t. lit, 1891, p. 96 et suiv., pl. iu et iv. Cet article a été
repris dans le Bulletin de Correspondance hellénique, t. XV, 1891, p. 608, pl. xvn.
Cf. plusieurs communications faites par M. Heuzey à l'Académie des Inscriptions
et Belles-Lettres (Comptes-rendus de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,
séances du 18 avril 1890, du 13 mai et du 27 mai 1892). Il serait injuste d’oublier
l’utile et consciencieux Rapport sur une mission archéologique en Espagne, de M.
Arthur Engel, publié dans les Nouvelles Archives des missions scientifiques el
littéraires, t. III, 1892, p. 157 et suivantes.

3. Tome IV, 1897, 2° fascicule, p. 136 et suiv. (tirage à part).
loading ...