La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 37
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0047
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
"N° 5. - 1908. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6') 1" Février.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le ZN'-u.ro.éro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

es Associations qui se préoccupent
de la protection des forêts de
France ont en ce moment un grave
sujet d'inquiétude : la forêt d'Am-
boise est très menacée. On sait que depuis
quelque temps des Sociétés, agissant au nom
de spéculateurs souvent étrangers, s'efforcent
d'acheter en France tous les bois qu'elles
trouvent à vendre. Les besoins industriels, et
en particulier la consommation du papier,
ont déterminé un peu partout des difficultés
dont les arbres sont les victimes. On les re-
cherche, et c'est pour les abattre.

La forêt d'Amboise a eu l'infortune d'attirer
l'attention des spéculateurs, qui en ont offert
plusieurs millions. On assure que les proprié-
taires sont tentés, et, si l'on n'y prend garde,
une charmante province française aura bien-
tôt perdu une de ses plus rares parures.
L'Association pour l'Aménagement des mon-
tagnes, qui, d'accord avec la Société pour la
Protection des paysages et le Touring Club, a
pris tant d'heureuses initiatives, vient de
faire parvenir à la ville de Tours un mémoire
où elle signale le péril. Elle expose toutes les
raisons qu'il y a de ne pas détruire une forêt
qui fait partie du jardin de la France, et elle
adjure la ville de la sauver: elle indique
même les voies et moyens qui permettraient
à la municipalité d'acquérir, sans trop de
charges, la forêt menacée. On ne peut qu'ap-
plaudir à ce projet et joindre des vœux à ceux
de la diligente Association.

Ce ne sont pas les arguments qui manquent.
On a dit depuis longtemps tout ce que la
santé publique gagne à la présence des arbres.
On a dit aussi— et de récents exemples l'ont

cruellement montré — comment les bois sont
la meilleure protection contre l'inondation.
L'histoire enfin et le souci de la beauté s'ac-
cordentànousrendrelesforêtsprécieuses : elles
sont un patrimoine que la nature, sollicitée
par les hommes, nous a donné, et qu'elle ne
pourrait pas nous rendre, si jamais elle le
rendait, sans un temps indéfini et sans le tra-
vail do plusieurs générations.

NOUVELLES

*** Dimanche dernier a été inauguré à
Chartres un monument à la mémoire de Noël
Ballay, ancien gouverneur de la Guinée fran-
çaise, oeuvre du sculpteur Allouard.

*** Par arrêté du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux Arts en date du 28
janvier 1908, M. Pottier, membre de l'Insti-
tut, a été nommé professeur d'histoire et
d'archéologie à l'Ecole Nationale des Beaux-
Arts, en remplacement de M. Heuzey, admis
à faire valoir ses droits à une pension de re-
traite.

*** Les professeurs du Collège de France,
réunis la semaine dernière en assemblée gé-
nérale pour désigner un titulaire de la chaire
d'antiquités américaines, fondation du duc
de Loubat, vacante par la mort du premier
titulaire, M. Léon Lejeal, ont désigné le doc-
teur Capitan par 19 voix, contre 7 données à
M. Reynaud et 2 à M. Froidevaux.

L'assemblée avait ensuite à se prononcer
sur le maintien ou la transformation de la
chaire de langue et de littérature araméennes,
vacante par suite de la démission de M. Ru-
bens Duval. Elle a décidé de proposer au
ministre la transformation de cette chaire en
chaire de numismatique et antiquités du
Moyen âge.

*** Les nouveaux directeurs de l'Académie
loading ...