La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 297
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0307
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
29. - 1908. BUREAUX : ïo6, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

29 Août.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LU SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Gise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

^KCTpN abonné nous écrit pour signaler
rvjïSrJi l'erreur d'une note bibliographi-
quo Puhliée en ces derniers temps
par une librairie. On annonçait
dans cette note l'apparition prochaine d'un
ouvrage sur Peronneau et on ajoutait que ce
maître charmant n'a jamais été l'objet d'une
étude. Notre abonné proteste : il a lu dans
la Gazelle un travail sur Peronneau et il l'a
d'autant moins oublié que cet article était
signé de M. Maurice Tourneux.

Il est facile et agréable de donner satisfac-
tion à notre abonné et de rappeler ici une
indication de bibliographie qui peut être
utile aux travailleurs. L'erreur qui nous est
signalée ne nous surprend guère. Dans l'his-
toire de l'art, comme dans d'autres branches
du savoir, les sûres méthodes demandent
beaucoup de patience et de modestie. Il arrive
aujourd'hui qu'on se lasse de ces mérites et
qu'on veuille tout découvrir, sans s'aperce-
voir que les habitudes de rapidité sont pé-
rilleuses dans des études où le progrès se fait
lentement, et par de minutieux travaux.
Toute recherche doit tenir compte des résul-
tats antérieurs, ne fût-ce que pour ne pas
s'exposer à découvrir ce qui est connu ou à
répéter ce qui a été dit. L'histoire de l'art
n'est pas une improvisation, et elle exige de
ses fidèles beaucoup de peine.

Le lecteur qui nous écrit est de l'école tra-
ditionnelle des érudits et il faut l'en féliciter.
C'est un homme évidemment attaché à l'exac-
titude, scrupuleux dans ses recherches et
soucieux de rendre à chacun ce qui lui est dû
dans cette œuvre collective qui est l'histoire :
il a jusqu'au souvenir des articles de revue,

et |la manière de travailler de tant d'auteurs
qui s'intitulent aujourd'hui écrivains d'art
lui est peu familière. Son zèle à être précis et
documenté rappelle à propos, dans une épo-
que où on les oublie, les conditions de tout
travail historique digne de ce nom.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le dimanche 23 août à Fanjeaux (Aude) un
monument à la mémoire du représentant du
peuple Hugues Destrem ;

Le même jour, à Gray, dans le parc du
château, un monument à la mémoire de M.
Signard, sénateur, maire de Gray.

**# M. Carlos de Beistegui, citoyen mexi-
cain, collectionneur, qui a prêté souvent son
concours à nos musées, notamment en consti-
tuant pour la Bibliothèque Nationale une
collection précieuse de monnaies et mé-
dailles d'Alsace, vient d'être nommé cheva-
lier de la Légion d'honneur.

**# Le Musée du Louvre vient d'entrer en
possession de deux œuvres importantes du
peintre suédois Roslin et du graveur Augustin
de Saint-Aubin. L'œuvre de Roslin est un
portrait de Marmontcl jeune, avant qu'il eût
écrit les Conles moraux. L'œuvre de Saint-
Aubin est un dessin représentant Louise-Ni-
cole Godeau, la femme de l'artiste, qui ser-
vait de modèle pour l'estampe si connue :
« Au moins, soyez discret! ». Cette pièce
provient de la collection des Goncourt.

Au même musée, le conservateur du dépar-
tement des peintures vient de rouvrir au
public les petites salles flamandes et hollan-
daises placées autour de la salle des Rubens
et qui ont été l'objet de très heureux rema-
niements.
loading ...