La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 369
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0379
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N» 36. - 1908. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6') 31 Novembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT li SAMEDI MATIN

Les abonnis à la Gazette des Eeaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

X-i« ZSTuméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

a Monnaie a donné lieu cette année
à un rapport budgétaire particul-
ièrement développé, que justifie
importance de cet établissement
national. Ce sera apporter notre contribution
aux études dont elle est l'objet que de signa-
ler ici comment s'y opère la patine des mé-
dailles. 11 y a là un abus facile à redresser,
et on est en droit d'attendre de la Monnaie
un effort et un progrès. Voici les faits, qui
permettront d'en juger:

Loi-.-que le moment est venu de patiner
une médaille, on la plonge dans un bain de
barège, où en un instant elle devient noire.
Après le bain, on la soumet à la poudre de
pierre ponce et à la brosse. Tout l'art consiste
à laisser plus ou moins de noirdans les fonds,
afin de faire valoir le modelé. Enfin, l'opéra-
tion se termine par un vernis à la gomme la-
que. La patine passe alors pour achevée.

11 est naturel de regretter qu'à une époque
où précisément l'art do la médaille est en
pleine eillorescence, un grand établissement
comme la Monnaie ne s'inquiète pas davan-
tage de mettre en valeur les ouvrages qu'elle
frappe. Les procédés qu'elle emploie suppri-
ment toute étude un peu délicate de la pa-
tine. C'est là un art qui, cependant, n'est pas
perdu, et que bien des artistes de notre temps
ont rendu plus minutieux. Il appartient à la
Monnaie, qui doit aux médailles une belle
part de ses recettes, de ne rien négliger pour
se renouveler, et pour adopter les procédés
qui peuvent le mieux rehausser la beauté du
bronze.

NOUVELLES

#*# On a inauguré, lundi dernier, au Pôre-
Lachaise, un monument à la mémoire de
l'actrice Irma Crosnier, œuvre de M. Albert
Lambert père.

*** La quatrième Commission du Conseil
municipal vient d'adopter les conclusions
d'un rapport de M. Turot concernant l'orga-
nisation de la collection Dutuit en musée du
soir, ouvert deux fois par semaine, du 1er jan-
vier au 1" juin 1909.

Quinze conférences y seront faites par des
écrivains d'art, archéologues et collection-
neurs sur les œuvres qui composent l'ensem-
ble de la collection. Le conservateur fera
également dix promenades-conférences.

*** On va remplacer la tour, si connue
sous le nom de Lanterne de Diogène, qui
existait autrefois au parc de Saint-Cloud. La
nouvelle tour sera ornée de bas-reliefs repré-
sentant des sujets de chasse, bas-reliefs dont
a été charge M. Bouché-Leclercq.

i** On a procédé cette semaine, à la So-
ciété des Artistes fiançais, au remplacement
des deux vice-présidents récemment décédés:
MM. Albert Maignan et Achille Jacquet.
MM. Boisseau, statuaire, trésorier de la So-
ciété, et Dâwaiit, membre du sous-comité de
la section de peinture, ont été nommés à
l'unanimité.

*** Le peintre Charles Landelle, mort
récemment, a légué à la Société des Artistes
français les objets d'art, tableaux et meubles
garnissant son appartement et son atelier,
afin qu'il en soit, fait une vente dont le mon-
tant servira à fonder une pension en faveur
d'un artiste de talent, âgé et sans fortune.

*** La Société pour la Protection des pay-
sages de France, dans sa dernière séance du
comité, a demandé que la Commission dépar-
tementale de la Seine se réunisse le plus tôt
possible pour prendre les mesures indispen-
loading ...