La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 237
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0247
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 24.- 1908. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6") 20 Juin.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA gazette des beaux-arts

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an
Paris, Seine et Seine-et-Gise. . . . 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie de

Départements........... 12 fr. || l'Union postale)......... 15 fr.

Le N-a.na.6ro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

"afcfï^y1- vient dd paraître un volume nou-
'v5*l&5. veau de l'ouvrage qui constituera
T^NËfôJ' « l'Inventaire des richesses de
(^^ïjAk France ». C'est, après une très
longue interruption, une sorte de renaissance
d'une publication trèsprécicuse et trop ignorée.
On se souvient que c'est au marquis de Clicn-
nevières que l'on doit cette heureuse inilia-
tive. Malheureusement l'Inventaire était long
et coûteux à établir : sans avoir été jamais
abandonné, il semblait végéter. Le voici qui
reparait et cette nouvelle sera partout bien
accueillie dans le monde des savants et des
amateurs.

Le volume qui est mis aujourd'hui à la
disposition du public est consacré aux collec-
tions de deux musées de province. C'est un
catalogue critique, rédigé avec le plus grand
soin, et par des hommes qui offrent les ga-
ranties de compétence voulues. Il n'est
pas besoin d'insister sur l'intérêt qu'offre
pour les travailleurs ce répertoire des
richesses provinciales. Quand on voit qu'elle
est, non seulement clans les galeries dé-
partementales, mais à Paris même l'insuffi-
sance de certains catalogues, ou leur lenteur
à s'établir, on apprécie à sa valeur le travail
accompli par les rédacteurs de l'Inventaire.

Si après s'être réjoui il est permis d'expri-
mer des vœux, voici ceux qui viennent tout
de suite à l'esprit. Tout le monde souhaite
que les volumes de l'Inventaire paraissent un
peu plus fréquemment. Puisque les Chambres

ont rétabli les crédits utiles dans le budget,
on voudrait que le zèle du département
des Beaux-Arts encourageât l'attitude des par-
lementaires qui ont fait une place clans leurs
préoccupations à une dépense decette nature.
D'autre part, ne serait-il pas heureux que
l'Inventaire fût continue par des études
comme celles qui viennent de paraître, sur les
richesses d'art départementales? Les villes
trouveraient ainsi un catalogue tout fait
qu'elles pourraient facilement répandre : la
culture provinciale, la commodité des voya-
geurs, et la centralisation administratives
gagneraient toutes quelque chose à ce travail.

Un des monuments les plus achevés et les
plus originaux de l'art du dix-huitième siècle,
qui fut jadis un couvent de Prémontrés et
abritait naguère le Petit Séminaire de Pont-â-
Mousson, est menacé, à la suite de sa dé-
saffectation, d'être attribué au ministère de
la Guerre qui y établirait une caserne. On a
trop présents à la mémoire les dégâts irré-
parables infligés par les militaires au Château
des Papes d'Avignon, au cloître de la Trinité
de Vendôme, à celui de Saint-Jean-dcs-Vignes,
et en d'autres endroits, pour ne pas protester
vivement contre un tel projet et ne pas récla-
mer le classement immédiat de cet édifice
dont jusqu'ici la Commission des Monuments
historiques ne s'était nullement soucié. Il
suffira, espérons-le, de lui signaler le péril
pour qu'elle s'empresse d'y mettre obstacle.
loading ...