La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 141
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0151
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 16. - 1908. BUREAUX 10b, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6=)

18 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-A'RTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger ( Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr,

Le ISTuméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

^K^jpr^NE très intéressante proposition de
C|pïr fk l°i récemment présentée àla Cham-
^K-s^-j» bre des députés a pour objet la
S^ES^V création d'une Ecole nationale
d'industrie d'art à Nancy. On sait que, de-
puis quelques années, la réforme de l'ensei-
gnement décoratif a été étudiée avec d'autant
plus de zèle qu'elle devient plus urgente.
Les progrès accomplis par les nations voi-
sines et rivales ont pu inspirer les plus légi-
times inquiétudes, et justifier le cri d'alarme
poussé par ceux qui ont souci de la destinée
de nos industries artistiques.

La Lorraine s'est fait remarquer tout de
suite par l'activité de ses recherches et le bon-
heur de ses initiatives. Elle a vu se former,
grâce au talent et à l'ardeur de quelques-uns
de ses enfants, toute une école d'artisans qui
ont mis en œuvre le bois, le verre, les mé-
taux. Le groupement qui s'est constitué il y
a sept ans a eu l'honneur de représenter aux
J'eux de l'étranger la renaissance de notre art
décoratif, et de rivaliser avec les industries
étrangères. A Paris en 1900, au Pavillon de
Marsan en 1903, à Nancy en 1904, les artistes
lorrains ont permis au public de juger l'ef-
fort qu'ils avaient accompli.

C'est ce qui a donné l'idée de créer à Nancy
même une École nationale d'industrie d'art.
Nulle ville ne paraissait mieux désignée que
celle qui avait vu naître et prospérer le re-
nouvellement de l'art décoratif. L'École qu'il
s'agit de fonder ne serait pas seulement comme
on l'avait d'abord pensé, une École du mobi-
lier. Elle devra répondre d'une manière gé-
nérale à la nécessité de former clans toute la
région un personnel d'artisans et de décora-
teurs. Il faut que les jeunes gens qui se desti-

nent aux industries d'art trouvent une orga-
nisation matérielle complète, des collections,
des bibliothèques, et surtout un enseigne-
ment. Ainsi l'École de Nancy, tout en favori-
sant lo développement des industries locales,
donnerait un enseignement théorique et pra-
tique à tous les jeunes décorateurs qui vien-
draient le lui demander. Elle garderait, quoi-
que sous le contrôle financier de l'État, l'au-
tonomie qui lui a jusqu'à présent si bien
réussi. Un tel projet intéresse hautement
l'avenir de notre enseignement décoratif, et
il est à souhaiter que la Commission des
Beaux Arts qui doit examiner la proposition
de loi l'approuve et la fasse voter aussitôt
que possible.

NOUVELLES

**# Dimanche dernier a été inauguré à
Suresnes (Seine), un monument de Zola,
composé d'un buste, œuvre du sculpteur
Émile Derré, sur un socle dû à M. Maurice
Laguesse, architecte.

*** M. Dajardin-Beaumetz, sous-secrétaire
d'Etat des Beaux-Arts, a confié au graveur
Léon Deschamps l'exécution de la médaille
officielle à l'effigie de M. Fallières, président
de la République.

*** Mercredi dernier a eu lieu au Musée
des Arts décoratifs l'inauguration, par le Pré-
sident de la République, de l'exposition du
Théâtre. Cette exposition restera ouverte
jusqu'en octobre.

Le prix d'entrée dans loutes les parties du
musée, excepté le local dit « chambre noire »,
destiné à contenir les maquettes de décors
nécessitant un éclairage électrique spécial,
est fixé à 1 franc par visiteur. Un supplément
de 0 fr. 50 est exigé de tout visiteur muni ou
non d'une carte personnelle d'entrée dans le
loading ...