La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 189
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0199
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
"N° 20. — 1908.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6')

16 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Gise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

la dernière séance du Conseil des
Musées, le département des Pein-
lfïZÔfoVrM tures ava'' proposé l'achat d'un
J^tv^ÉB; tableau d'une importance capitale
pour l'histoire de l'école française. Mais l'as-
semblée a refusé l'autorisation. Ce n'est pas
la première fois que des différences d'opinion
séparent le Conseil des Musées et les conser-
vateurs. Les décrets qui régissent leurs rap-
ports veulent que le Conseil soit tout-puissant
et qu'aucune acquisition ne se fasse sans son
consentement. Cette règle n'est pas sans
inconvénient pour les conservateurs, qui ris-
quent de voir leurs initiatives paralysées.
On dit bien — et puisse-t-il en être ain?i
cette fois — que le Conseil ne met pas tou-
jours de l'obstination dans ses refus et qu'il
accepte avec le temps des œuvres qu'il avait
repoussées auparavant. Mais ces dispositions
ne suffisent pas à constituer un régime très
commode, et il y aurait intérêt à ce que des
rapports aussi importants pour la vie de nos
musées fussent précisés.

Le conservateur qui propose l'achat d'une
œuvre prend une responsabilité qui a été pré-
cédée de recherches et de réflexion ; il a vu
cette œuvre; il l'a étudiée. Il est admis à en
faire valoir les mérites devant le Conseil des
Musées ; mais il ne prend pas part active à la
délibération; il ne vote pas. C'est le Conseil,
dont tous les membres n'ont pas vu l'objet de
la discussion, qui décide. Il y a là évidem-
ment quelque chose qui demande à être ré-
formé. Ce serait une fâcheuse conséquence
du système en vigueur de transformer les
conservateurs en agents irresponsables,
chargés d'enregistrer et d'exécuter des déci-
sions auxquelles ils n'auraient qu'une trop
faible part.

La composition du Conseil des Musées
prête, elle aussi, à quelques réflexions. Il
comprend des amateurs, des historiens, des
administrateurs, des artistes. Ce n'est un se-
cret pour personne que les résistances les
plus inattendues viennent souvent des ar-
tistes. Il en est certes dans le nombre qui
sont, en même temps q.ie des professionnels,
des hommes d'une grande culture, dont
l'avis ne laisse pas que d'être précieux. Mais
ce n'est pas là le privilège de tous. Et la
question se pose précisément de savoir dans
quelle mesure un artiste est apte à savoir ce
qui doit figurer dans un musée qui est une
galerie d'histoire, un conservatoire des
grandes œuvres du passé. L'artiste est un
créateur qui a le droit d'avoir ses partis pris,
ses vues personnelles, disons même ses
étroitesses. Sont-ce de bonnes conditions pour
être le juge impartial de l'œuvre des autres?
Il y a là un problème délicat qui s'impose à
l'attention de l'administrateur des Beaux-Arts.
Le Conseil des Musées peut jouer un rôle des
plus utiles pour aider, contrôler au besoin les
initiatives du conservateur; mais avant tout,
il faut que ces initiatives puissent librement
se produire.

NOUVELLES

**# La conseil de la Société des Amis du
Louvre, a nommé à la place de membre du
conseil laissée vacante par la mort de
M. Groult, M. Moreau-Nélaton, le généreux
donateur qui a enrichi le Louvre de la belle
collection que l'on sait de peintures françaises
du xix° siècle.

*** M. Henri Clouzot, critique d'art, vient
d'être nommé conservateur de la bibliothèque
municipale d'art décoratif Forney.
loading ...