La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 201
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0211
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ÏT» 21. - 1908.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6")

23 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Paris, Seine et Seine-et-Gise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

e charmant hôtel de Mathan bien
connu des habitants et des amis
de Rouen est menacé d'être dé-
truit. C'est un édifice de l'époque
Louis XIII, bâti pour Joachim de Mathan,
ancien conseiller au Parlement de Normandie,
et composé de corps de logis en briques et
pierres formant une cour d'honneur carrée.
Il était devenu, au xix° siècle, la propriété
d'une congrégation et s'est trouvé, par suite
des lois récentes, vendu à une Société immo-
bilière qui peut, le détruire du jour au lende-
main. Déjà les bâtiments annexes situés sur
le terrain, le cloître, la chapelle ont été dé-
molis. Quel sera le sort de l'hôtel ?

La ville de Rouen a songé aussitôt à sauver
ce monument historique. Elle a espéré, un
instant, y établir un musée d'estampes, mais
la combinaison a rencontré des difficultés.
On s'est aussitôt tourné d'un autre côté.
Aujourd'hui, on propose au ministre des Fi-
nances de réunir dans l'hôtel Mathan tous les
services des Contributions, de l'Enregistrement
et du Timbre, épars dans la ville. La solution
dépend du ministère. Les habitants de Rouen,
qui sont très attachés aux souvenirs de leur
cité, ont fait les instances les plus vives.
Tous les amis de l'art s'uniront à eux : le
vieux Rouen n'a subi que trop d'atteintes;
11 est nécessaire que l'on sauvegarde l'ancien
hôtel, de proportions si agréables, et d'un as-
pect si pittoresque.

La question du Conseil des Musées dont
nous parlions dans notre dernier numéro,
nous a valu diverses communications, et elle
est trop importante pour que nous ne préci-

sions pas certains points. Le droit d'initia-
tive des conservateurs se trouve dans l'état
actuel, sauvegardé, en ce sens que c'est eux
seuls qui proposent les achats. Mais le Conseil
des Musées a un droit de veto, dont il use
quelquefois. Dans un grand nombre de cas, il
s'est incliné devant les vœux des conserva-
teurs ; dans d'autres, il a opposé son veto,
puis après un certain temps l'a retiré ; enfin,
il lui est arrivé de refuser purement et sim-
plement l'œuvre proposée.

La composition du Conseil et ses fonctions
sont, d'ailleurs, fixées par des décrets. Ce
qui est souhaitable, comme nous l'indiquions
déjà, c'est que les membres de ce Conseil
soient recrutés moins parmi les artistes et
davantage parmi les historiens, les collec-
tionneurs, les amateurs, qui peuvent avoir
des vues plus précises et plus larges sur ce qui
convient à nos musées nationaux.

NOUVELLES

***_ Un architecte récemment décédé à
Paris, M. Pierre-Edouard Dumont, a légué au
Louvre le buste par Guillaume de Mme Du-
mont, née Baudelocque, un beau portrait de
Prosper-Deschamps, par Hersent ; une vue
de Venise par Ganaletto, un portrait de
femme par Mignard et le tableau intitulé Ls
Coup de vent, de Corot.

L'Ecole des Beaux-Arts hérite, aux termes
d'un codicille du 20 novembre 1905, d'une
partie de la riche bibliothèque d'architecture
qu'avait formée M. Dumont.

Enfin, la Société centrale des Architectes
bénéficie d'un legs de deux cent mille francs.

**# Une demoiselle Guibout, récemment
àécédée à Paris, qui possédait à titre de sou-
venirs de famille un certain nombre de vieux
volumes, vient de léguer à la Bibliothèque
loading ...