La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 58
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0068
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
58

LA CHRONIQUE DES ARTS

(7 février). — Élude do M. Fr. Haack sur huit
panneaux de Zeilblom au musée de Sigmaringen,
représentant des épisodes de la vie de la Vierge,
qu'on a réunis en forme de retable, mais en inter-
vertissant fâcheusement les sujets, et sur les huit
bustes de prophètes du même artiste conservés au
musée de Stuttgart, et qui, selon lui, devaient pri-
mitivement faire partie du même autel.

BIBLIOGRAPHIE

Gênes, par M. Jean do Foville (Collection des
Villes d'art célèbres). Paris, Laurens, 1907. Un
vol. in-8°, 152 p. avec 130 gravures.

Gènes est pour nous une grande ville d'art, sur-
tout dans la période du xvr* et du xvn° siècle,
dans cotte période de prospérité que lit naitre le
grand amiral Andica Doria.

Ce sont tout d'abord des maîtres de Florence et
de Rome qui créent l'école génoise et lui donnent
son caraclèro; ce sont les ariisles au service d'An-
dréa Doria. l'architecte et sculpteur Montorsoli le
décorateur Pierino del Vaga; c'est surtout Galeazzo
Alessi, l'homme qui l'ait de Gênes la ville des pa-
lais de marbre. Mais Alessi est insuffisamment
connu: on a dénaturé le caractère de son génie en
ne distinguant pas assez soigneusement les œuvres
qui lui appartiennent en propre. Alessi est un
maître grandiose et sévère, véritable disciple de
l'école romaine. Son art n'annonce pas ce que
l'école génoise va devenir lorsque, s'affranchissant
des froides traditions de la Renaissance duiVï' siè-
cle, elle conçoit un art nouveau, fait de luxe et
d'exubérance, un art ennemi de la simplicité, vou-
lant dirp, partons ses excès de richesse, la grandeur
de la république génoise. La transformation se
fait par des artistes milanais, qui transportent à
Gênes les riches traditions maintenues dans leur
école au contact dos écoles gothiques du Nord.
Giambattista Castello de Bergame, Bartolommeo
Bianco de Cônie, Rocco Lurago, architectes dont
les noms sont trop oubliés, sont les auteurs des
nouvelles magnificences génoises. Avoir fait revivre
ces maîtres est un des grands mérites du livre de
M. de Foville, excellent livre de tous points, qui
sera vivement apprécié par les touristes français
qui, presque tous, commencent leur voyage d'Italie
par la visite de Gènes et qui, jusqu'à ce jour,
n'avaient aucun bon livre pour les guider dans
cette ville.

Marcel Reymontj.

Kunstschaetze aus Tirol. Heliogravuren nach
photographischen Aufnahmen von Otto Schmidt
in Wien, mit erla;uterndem Textvon Prof. Joh.-
W. Deimxger. Wien, A. Schroll. 4 albums in-folio.
Ce n'est pas seulement la beauté grandiose de
ses paysages qui recommande le Tyrol à l'admira-
tion des touristes; nulle part peut-être n'abondent
en aussi grand nombre les vestiges pittoresques du
passé : manoirs séculaires dominant do toutes
parts les vallées et parés encore, en grande partie,
de leur décoration du Moyen âge ou de la Renais-
sance ; vieilles fresques aux murs des cloîtres ;
hauts retables sculptés dans les églises; intérieurs
rustiques où les meubles et les moindres ustensiles

ont gardé toute la saveur des choses traditionnelles,
lentement façonnées aux coutumes d'une race.
C'est, pour l'artiste et l'historien, une mine iné-
puisable d'éludés et d'enseignements du plus vif
intérêt.

Aussi faut-il savoir gré à un éditeur do Vienne,
AT. Anton Schroll, d'avoir songé à mettre à la portée
de tous, en les recueillant en quatre albums de
grandes et belles héliogravures, ces « trésors d'art du
Tyrol » dont on ne saurait jouir autrement qu'au
prix de longs voyages. 11 a trouvé, pour cette
entreprise, un aide précieux en la personne d'un
photographe réputé pour son goût et la perfection
de ses épreuves : chacune des vues dont se com-
posent ces recueils a été prise sous l'angle le plus
favorable, le plus propice à mettre en lumière le
côté le plus pittoresque ou le plus intéressant du
sujet. Nous admirons ainsi successivement les
aspects extérieurs ou intérieurs des plus beaux
châteaux des vallées de l'Inn, de l'Eisacli, do
l'Adige, de la Passer, échelonnés sur un espace do
six siècles : le vénérable manoir do Tyrol, berceau
du comté qui donna son nom au pays, Runkel-
stein, Dornsberg, l'exquis petit château des ducs à
Méran, Reiffenstein, Winkel, Tratzberg, Campas,
Churburg, Velthurns, Trostburg, Ambraa, etc.;
des salles des hôtels de ville oSierzing l'une ren-
fermant des panneaux île retable du peintre Ilans
Multscher) et de Hall, du palais Lodron à [renie;
des intérieurs de chapelles a Innichen, à Stams, à
Brixen ; de vieil'es demeures à Sarnthein, Gulidaun,
Klausen, Kaltorn, etc.

Un de ces recueils— qui n'est pas le moins inté
rossant —a été spécialement consacré à un choix
de peintures et do sculptures : voici les vieux por-
tails romans des châteaux de Tyrol et de Zeno-
burg; la belle chaire sculptée de la cathédrale do
Botzen; les fresques du château de Méran et du
donjon do Freundsberg près Schwaz (on aimerait
à y trouver aussi les peintures do Runkel ;tein) ;
celles du cloître de Brixen, où s'inaugure au
xv° siècle la manière propre à l'école : cette
alliance des influences septentrionales â celles
do l'Italie qui trouvera en Michel Pacher son
plus admirable représentant (1); les retables
de Piuzon et de Campill , œuvres de l'école du
maître ; l'imposant cortège des statues accom-
pagnant le mausolée de Maxiinilien à l'église des
Franciscains d'innsbruck ; des décorations peintes
ou sculptées au xvnr siècle au Landtag do cette
dernière ville, au couvent de Wilten,à Schwaz, au
château et dans des églises de Trente, etc.

Tout cet ensemble forme un choix très heu-
reux et très séduisant des diverses manifestations
de l'art en Tyrol du xn" au xvni" siècle; à
feuilleter ces belles planches, que précèdent des
notices historiques succinctes dues au professeur
J.-W. Deininger, historiens d'art, artistes ou
simples amateurs de pittoresque trouveront à la
l'ois vif plaisir et profit.

Auguste Mauguillieiî.

La même maison Schroll a entrepris une autre
publication documentaire consacrée aux monu-
ments d'art, et particulièrement d'art populaire,
d'une autre contrée d'Autriche, sous le titre :
Slowakischs Volksarbeiten (Ouvrages popu-

(1) V. Gazette des Beaux-Arts, 18'J4, t. I, p. W.
loading ...