La chronique des arts et de la curiosité — 1908

Page: 321
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1908/0331
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N« 32. - 1908. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6*)

10 Octobre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Gise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le 3ST-umaéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

m a Commission du Vieux-Paris n'a
Plus un instant de répit. L'esprit
J^S} de démolition souffle chaque jour,
et

chaque jour il faut conjurer

méfaits. Démolition de l'hôtel de M. de Fies-
selles, dernier prévôt des marchands; démo-
lition de l'hôtel du Prévôt, rue Charlcmagne ;
démolition de la tour de Dagobert ; démolition
de l'ancien hôtel de la rue du Regard : voilà
le bilan des derniers mois. Les menaces les
plus récentes mettent en péril l'hôtel des an-
ciens évôques de Sens, et c'est contre ce
détestable projet que la Commission du
Vieux-Paris vient de faire entendre une pro-
testation énergique.

Quand on songe que le Conseil municipal
va examiner un programme de travaux qui
coûteront cinq cent millions, on ne peut
s'empêcher de penser qu'il devrait bien, dans
ce budget considérable, faire une part pour
la sauvegarde de maisons pittoresques, d'édi-
fices historiques, qui contribuent tout autant
que les nouveautés architecturales à la beauté
de Paris. Déjà les deux charmantes maisons
de la pointe de la Cité, vers le Pont-Neuf, se-
raient sauvées par le Conseil municipal.
L'hôtel des anciens ôvêques de Sens mérite
aussi ce traitement de faveur, et la Commis-
sion du Vieux-Paris est bien inspirée en de-
mandant au Conseil municipal de conserver
un édifice si rare pour l'histoire de l'architec-
ture parisienne.

A la vérité, il faut la surveillance constante
d'hommes dévoués aux souvenirs de notre
passé artistique pour que l'on puisse inter-
venir à temps contre les démolisseurs. La
vigilance des amateurs est partout en éveil.
A. Rouen, les menaces dirigées contre la fon-

taine accotée au donjon de la Grosse Hor-
loge, contre l'aitre deSaint-Maclou et d'autres
édifices vénérables, ont amené de vigoureuses
réclamations de la part du Conseil d'arron-
dissement. Toutes les villes de France ont
aujourd'hui leurs vandales; elles commen-
cent heureusement d'avoir toutes aussi leurs
défenseurs.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le dimanche 27 septembre, à Valenciennes,
un monument à la mémoire du statuaire
Gustave Crauk, œuvre du sculpteur Gauc-
quié ;

Le même jour, à Mazamet (Tarn), un
monument à la mémoire d'Edouard Barbey,
ancien ministre de la Marine, œuvre du sculp-
teur François Sicard ;

Le même jour, à Liart (Ardennes),un buste
de M. Goûtant, ancien sénateur des Ardennes ;

Le dimanche 4 octobre, à Noisseville, près
Metz, un monument à la mémoire des soldats
français tombés à l'est de Metz, œuvre du
sculpteur Emmanuel Hannaux;

Le même jour, à Nîmes, un monument à
l'écrivain Bernard Lazare, œuvre des sculp-
teurs Roger Bloche et Hippolyte Lefebvre.

**# M. Charles Séguin, amateur et collec-
tionneur, a, par son testament, fait au musée
du Louvre un legs important. Ce legs con-
siste clans le droit de choisir parmi les ta-
bleaux et objets d'art de la collection de
M. Séguin les peintures et curiosités que les
conservateurs du Louvre et les experts appe-
lés par eux reconnaîtront dignes de figurer
dans notre musée national.

*** Sarasate, dont nous avons annoncé la
mort, a légué au Conservatoire de Paris,
100.000 fr. ; à celui de Madrid, 100.000 fr. ; à
chacun de ces deux Conservatoires, un de
loading ...