Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 16.1877

Page: 193
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_2/0204
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

Histoire critique des origines et de la. formation des ordres grecs, par Charles
Chipiez, architecte, professeur à l’École spéciale d’architecture. 1 vol. grand
in-8°, de 385 pages, avec nombreuses figures et bois dans le texte. Paris,
Morel, 1876.

Beaucoup de recherches, de rapprochements curieux, d’observations fines, et
aussi une profusion de détails où les grandes lignes disparaissent quelque peu, une
vivacité d’imagination qui emporte d’un trait l’auteur jusqu’au bout de ses idées sans
lui laisser le temps d’examiner les obstacles semés sur la route; pour tout dire enfin,
moins de méthode et de critique que d’érudition et d’ingéniosité : tel me paraît être
le bilan du livre de M. Chipiez. Ce livre témoigne de longues études; il est rempli
d’informations et d’idées; il est intéressant à lire, et provoque la réflexion : c’est donc
un ouvrage utile et sérieusement recommandable. Dirai-je qu’il me satisfait pleine-
ment? je ne le puis. La lecture en laisse dans l’esprit je ne sais quel trouble et quelle
inquiétude : la pensée n’apparaît pas toujours comme suffisamment nette, ni la marche
du raisonnement comme assez rigoureuse; çà et là enfin, on se heurte à des théories
que toute la bonne volonté possible ne peut vraiment pas faire considérer comme
acceptables.

Pénétré de l’idée très-juste que la civilisation grecque est relativement récente,
qu’elle a pris naissance au milieu de peuples déjà depuis longtemps parvenus à un
remarquable développement intellectuel et artistique, et qu’il serait fort singulier
qu’elle n’ait pas subi profondément leur influence, M. Chipiez a tenu d’abord à se
rendre bien compte des principes architecturaux de ces nations chez lesquelles il
semble à priori logique de supposer que les Grecs ont trouvé des modèles. Il consacre
donc presque la moitié de son livre à l’étude des édifices de l’Égypte, de l’Assyrie, de
la Phénicie et de la Perse : étude fort intéressante assurément, mais que rendaient
très-difficile l’incertitude des dates et le petit nombre des monuments. Cette pénurie
de renseignements authentiques a entraîné M. Chipiez — et il n’en pouvait être autre-
ment — à puiser trop abondamment peut-être à une source d’informations bien sus-
xvi. — 2e période. 25
loading ...