Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 16.1877

Page: 180
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_2/0191
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION RÉTROSPECTIVE DE LYON

Les meubles du xvie siècle, et de fabrication lyon-
naise, réunis et disposés avec goût dans une grande
salle tendue de tapisseries de la même époque, forment,
avec les étoffes de soie et les broderies, la partie carac-
téristique de l’Exposition qui a été organisée à Lyon,
au profit des ouvriers sans travail, dans les salles encore
inoccupées du Musée industriel au Palais du Commerce.
Mais, à côté de ces œuvres et des anciens produits des
presses lyonnaises qui intéressent l’histoire de l’art an-
cien et les progrès de l’industrie moderne de la puis-
sante cité, il y en avait d’autres appartenant à des
branches différentes de l’activité humaine qui méritent
qu’on s’y arrête quelque peu.

Marbres. — Sauf un torse magnifique de la Vénus
accroupie, un peu plus grand que nature et en marbre
grec, à ce qu’il nous a semblé, aucune des antiques
qu’on découvre avec une certaine abondance dans le sol de Lyon et surtout dans celui
de Vienne, ne figure à l’Exposition. Tant mieux! si le Musée de la ville, si riche en
bronzes antiques, est seul à les recueillir et ne subit point la compétition des
amateurs.

Le marbre qui nous occupe, œuvre magistrale et puissante, a été trouvé à Vienne
et appartient a une branche de la famille du peintre-graveur, J.-J. de Boissieu. La
main d’un enfant, d’un petit Amour sans doute, est restée adhérente à son dos.

Le second et dernier marbre que nous trouvons est le petit bas-relief appartenant
'a M. Chàtel, dont nous donnons ici la gravure. Nous nous en expliquons difficilement
le sujet. Le Christ jeune, reconnaissable au nimbe crucifère, se tient debout près de la
Vierge assise, enveloppés tous deux dans un triomphe de feuilles, comme on disait
à la Renaissance, que supportent ou plutôt qu’accostent deux anges.

Si ce bas-relief appartient sans conteste à l’art italien du xve siècle, il dénote cer-
tainement une influence antique par le détail de la chimère qui sert de support au
siège de la Vierge. Mais quel en est l’auteur? Les formes émaciées des personnages
loading ...