Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 16.1877

Page: 330
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_2/0345
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CONJECTURES

A PROPOS D’UN

BUSTE EN MARBRE DE RÉATRIX D’ESTE

AU MUSÉE DU LOUVRE

Dans l’étude des sciences
physiques et naturelles les
facultés de l’imagination, ri-
goureusement soumises à la
raison , sont parfois d’un
grand secours. C’est à elles
qu’on doit ces théories hypo-
thétiques qui, plus ou moins
discutables en elles-mêmes,
ont mené cependant aux plus
importantes découvertes. Il
y a donc intérêt à transporter
dans l’histoire de l’art la mé-
thode des sciences physiques.
A défaut de documents défi-
nitifs, quand on possède une
base solide reposant sur des
faits, on peut très-légitime-
ment se servir du procédé de l’hypothèse, à condition d’en contrôler les
opérations avec la plus sévère critique et de n’en accepter les résultats
que sous bénéfice d’inventaire. Dût-on ne pas parvenir du premier bond
à la vérité, peu importe. L’hypothèse raisonnée est comme un coup de
sonde jeté dans l’inconnu, dont le résultat, même négatif, a encore sa
valeur.
loading ...