Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 16.1877

Page: 392
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1877_2/0408
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
392

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

d’une chaise à porteurs (legs Bourquelot); des étoffes anciennes très-curieuses données
par MM. Dreyfus, Beurdelay, Conti, etc.; une belle porte en bois sculpté, xvi° siècle,
décorée de figures en haut-relief, de motifs d’architecture d’une rare finesse d’exécu-
tion, offerte au musée par M. Edmond Besnard ; des planches de bois pour l’impres-
sion des cartes à jouer anciennes, don de M. Chéron, de la Bibliothèque nationale; de
magnifiques amphores gallo-romaines données par Mme Lenoble et enfin une pièce
très-curieuse au point de vue de l’histoire du vieux Paris, la grande chaîne de fer qui
fermait la rue de l’Arbre-sec au moyen âge, donnée par M. Bissev. Un don de
Mme veuve Humbert, de Mollard mérite une mention particulière. La pièce principale
est une belle coupe sur pied en émail de Limoges appartenant à la grande école de
l’émaillerie française et que l’on attribue avec quelque raison à l’un des Courtois.
L’artiste a choisi pour motif de décoration l’histoire de Loth. La scène principale
occupe le premier plan ; les figures ont centimètres de hauteur et se détachent
vigoureusement sur un fond de paysage charmant. Le revers, traité en grisaille,
rehaussé d’or, est décoré d’arabesques, de médaillons et d’animaux. Cette pièce est
une des plus remarquables que l’on connaisse. Nous regrettons que le défaut d’espace
ne nous permette pas de citer les noms des autres donateurs qui ont enrichi le musée
de Clunv d’œuvres d’art et de curiosité, dont l’acquisition serait aujourd’hui presque
impossible, par suite de la modicité des crédits mis annuellement à la disposition de
son directeur.

Pour nous résumer : l’extension considérable que prend de jour en jour le musée
de Cluny par suite des acquisitions et des libéralités d’amateurs distingués, nécessite
la création d’une annexe à l’hôtel.

Toute construction importante, du côté de la rue du Sommerard et du côté du
théâtre de Cluny, serait a notre avis une solution déplorable. Un bâtiment massif
romprait l’harmonie architecturale du monument, ou mutilerait le square. Le projet de
la Commission des Monuments historiques nous paraît donc seul réunir les conditions
les plus favorables. Nous formons le vœu qu’il soit adopté et mis prochainement à
exécution.

MA RI U s VA CI-I ON.

Le Rédacteur en chef, gérant : LOUIS GO N SE.

PARIS. — Impr. J. CLAYE. — A. QüASTIS et C”, nie Saint-Benoît. — [1493
loading ...