Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 17.1878

Page: 147
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_1/0161
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES DERNIERS TRAVAUX DE PEINTURE DÉCORATIVE. W

sorte de raideur; elle n'a en outre ni le mystère un peu vague d'une
apparition, ni la franche silhouette d'un corps de femme qui se dessine-
rait sous les draperies tombantes. Les plis de sa robe blanche descen-
dent si droit autour d'elle, qu'il faut appeler la réflexion pour comprendre
que la sainte est à genoux.

Cette critique faite, je m'empresserai de signaler en passant les
fleurs qui jonchent le sol de l'église. Elles sont d'une exécution amu-
sante et d'un ton charmant; elles donnent l'impression de cette fraîcheur
mouillée qu'ont les roses récemment cueillies.

En somme, la décoration de la chapelle de Sainte-Geneviève, à la
Trinité, est une œuvre excellente, très-digne d'un artiste qui s'est tou-
jours distingué par une exécution sévère, une imagination heureuse et
une facile conception des ensembles.

Peintre de style, M. Félix Barrias n'a ni la solennité ni la froideur de
ceux qui d'ordinaire réclament ce titre ; très-soucieux de la dignité de
son art il n'a jamais, en ces temps de peinture facile, fait de compro-
mis avec le goût du jour, et c'est pour cela que dans tout essai sur l'art
décoratif son nom est écrit à l'avance.

Chapelle des Baptêmes. —■ C'est une haute personnalité artistique,
un maître de notre École de paysage que l'administration a eu l'heureuse
idée de choisir pour décorer la chapelle des Baptêmes. Cette décoration
est, je crois, le premier essai de M. Français en ce genre. Du reste, le
sujet semblait fait pour tenter le peintre : deux grands paysages à créer,
et parmi ceux-ci le Paradis terrestre, c'est-à-dire toute la poésie de la
nature naissante à travers laquelle pouvait planer, ailes déployées,
l'imagination d'un artiste. Quel attrait pour M. Français et pour nous
quelle bonne fortune !

La première partie représente donc Adam et Eve chassés par l'ange.
En les regardant ici, on éprouve plus de pitié pour eux qu'on ne le fait
à la lecture de l'Ancien Testament; c'est que l'Ancien Testament ne,
décrit pas comme M. Français tous les délices du séjour qu'ils ont dû
quitter,

La composition c'est le paysage ; c'est lui qui intéresse d'abord et
captive ensuite par son ordonnance magistrale, par sa majesté tranquille
et calme, par la poésie de ses percées de lumière et par la perspective
de ses horizons lointains. En vérité, comment décrire tout cela, si ce n'est
en analysant sèchement ce qui se présente si bien dans l'ensemble
radieux de cette floraison magnifique.

A droite, un figuier pousse ses fortes ramures aux lignes brisées et
pittoresques; à gauche, un autre arbre élève son immense bouquet de
loading ...