Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 17.1878

Page: 110
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_1/0122
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UNE VISITE

AUX

MUSEES DE LONDRES

EN 1 8761

(septième article)

LA NATIONAL GALLEKY

ÉCOLES FLAMANDE ET HOLLANDAISE
XXVI.

rembrandt.

\^ es Anglais ont été de tout temps grands
° admirateurs de Rembrandt, et il n'est pas
extraordinaire que leur Galerie nationale
contienne déjà une quinzaine d'oeuvres de
sa main. La moitié seulement a été ac-
quise à prix d'argent; le reste a été donné
ou légué. Nous décrirons quelques-uns
de ces tableaux.

La Femme adultère est un des plus
connus. C'est un petit panneau en hau-
teur peint en ÏQkh pour Jean Six, l'ami
particulier, le protecteur de Rembrandt. La scène se passe dans le temple
même, au pied des degrés qui conduisent au grand autel que l'on voit à
droite, et qui est richement décoré. La pécheresse est agenouillée devant
le Christ, et les accusateurs se pressent autour d'elle. Toutes ces figures,
disons-le, sont bien bizarres. Tout l'intérêt est dans l'effet de lumière qui
est prestigieux. La femme adultère, une partie des figures et l'autel sont

1. Voir la Gazelle des Beaux-Arts, 2e période, t. XV, p. 1, 135, 238, 449, 590
et t. XVII, p. 5.
loading ...