Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 17.1878

Page: 261
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_1/0283
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES MUSÉES DE PROVINCE.

MUSEE DU PUY

auf pour quelques envois faits à la suite
des expositions annuelles, le Musée du
Pu y est un établissement municipal à la
fondation duquel l'État est resté étranger.
Sa naissance, ses accroissements sont dus
à l'initiative, soit du département, soit de
la ville, soit de particuliers guidés par
l'amour de leur pays et par l'ambition de
voir rejaillir sur lui l'honneur qui s'at-
tache à toute collection importante. Encore
aujourd'hui, m'assure-t-on , les fonction-
naires de cet établissement ne touchent pas de traitement. L'amour du
clocher a du bon.

En 1820, M. de Bastard , préfet de la Haute-Loire, chargea M. de
Becclelièvre de « diriger les recherches sur les antiquités du départe-
ment », et lui assigna pour en placer le résultat l'ancienne chapelle des
religieuses de Sainte-Marie. Six ans plus tard, grâce à la libéralité des
Podiots, le musée était en pleine croissance; et, sur les instances de la
députation de la Haute-Loire, Mme la duchesse de Berry consentait à le
prendre sous son haut patronage et à lui donner son nom : Musée
Caroline. Sa direction et son administration furent confiées alors à la
Société académique du Puy, de laquelle il dépend encore, et qui n'a
jamais failli à sa mission. La même année (1826) paraissait le premier
catalogue enregistrant soixante tableaux, douze gravures et cent objets
d'archéologie de toute sorte et de toutes époques. Le musée pouvait
marcher désormais de sa propre impulsion.

En 18Zi7, la chapelle Sainte-Marie étant devenue trop étroite, la
Société académique, de concert avec le conseil municipal, décida, à
loading ...