Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 17.1878

Page: 176
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_1/0194
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
176 GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

Yliet, dont j'ai parlé, est inscrit pour %1 florins. Ces petites sommes prêtées au denier
seize, et qui sentent d'une lieue le prêt à la petite semaine ne semblent-elles pas
donner un certain poids aux accusations de parcimonie portées par Van Mander et
de Bie ?

Après l'argent placé vient I'argent liquide. Jamais, je crois, peintre au monde
n'eut chez lui une pareille variété d'espèces sonnantes de toutes provenances, de toutes
valeurs et de tous pays. Il avait des Dbles Ridders. — Des DHes Albertines. — Des
Dbles Réaux d'or. — Des Dbles Ducats. — Des Dbks Couronnes de France. — Des Dbles
Pistoles.— Des Nobles à la rose. — Des Jacobus d'or. — Des Couronnes de France. —
Des Philippes d'or. —Des Impériales d'or. — Des Écus au lion. — Des Florins d'or.—
Des Pistoles italiennes. — Des Portugalais d'or. — Des Dhles Elisabetz. — Des Guil-
laume. — Des petites Couronnes de Brabant. — Des Rixdaelders. — Des Ducatons.
— Des Daelders. — Des Florins de Frise, etc., etc., et jusqu'à un lot de monnaies
inconnues.

L'ensemble de cette réunion numismatique s'élevait à 5,829 florins 5 sols. Somme
énorme pour l'époque et qui de nos jours représenterait au moins 60 à 80,000 fr.

Le quatrième titre comprend les objets mobiliers en métal précieux, Argenterie,
orfèvrerie, bijoux, etc. ; nous y relevons :

Une médaille d'or, cadeau du roi d'Angleterre avec une chaîne, taxée d'après le

poids.............................................................. 158 fl. 14 sols

Une médaille du roi de Suède........................................ 32 fl. 15 sols

Une médaille du duc de Nieuburch............................... ... 21 fl. 13 sols

Une bague en or. — Deux salières d'argent. — Une tasse d'argent. — Deux écuelles
d'argent. —Deux gobelets d'argent. — Un gobelet d'enfant. — Six cuillers d'argent. — Trois
vieilles cuillers. — Trois fourchettes et divers autres instruments, le tout en argent.

Pour un personnage aussi riche et surtout pour le fils d'un orfèvre, cette argenterie
était certes des plus modestes.

Réservant les œuvres d'art pour la fin, nous aborderons maintenant le mobilier.

Celui-ci formait près décent quatre-vingts lots. Sans être d'une magnificence prin-
cière, il paraît avoir été confortable et cossu. Tout y est en abondance et en nombre,
le linge surtout. Un seul article est rare, et sa rareté vient confirmer mes observations
sur le peu de faïence et de porcelaine qu'on rencontrait dans les ménages hollandais au
commencement du xvne siècle. Dans ce très-long détail, il n'est faitque deuxfois mention
de ces sortes d'objets. Une fois, en enregistrant « une armoire pour les verres, avec
la porcelaine et les verres qu'elle renferme », l'autre fois, « à l'occasion de quatorze
brocs en terre avec couvercle en étain », et encore n'est-il pas certain que ces
quatorze brocs fussent en faïence. Tout le service de table est en étain, en cuivre ou
en fer.

La bibliothèque, qui vient ensuite, n'est guère bien fournie. Pour un homme qui
écrivait si bien, Mierevelt, paraît-il, lisait peu. Peut-être ses très-nombreux travaux
ne lui en laissaient-ils guère le loisir. Quoi qu'il en soit, sa bibliothèque comprenait
vingt-six ouvrages formant une trentaine de volumes. La plupart étaient des livres
religieux ou des ouvrages théologiques, tels que les Saints Évangiles, Y'AncienTesta-
ment, les Instituts de Calvin,, un Traité de Luther, etc. Parmi les livres profanes
je remarque le Schilderboeck (Livre des peintres), déjà cité, de Carel Van Mander, le
Livre de chant (Lietboek) de Camphuyzen, une Chronique de Sébastien Franck et
sept petits recueils de chansons met Sloote, c'est-à-dire avec des fermoirs.
loading ...