Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 7
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0033
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
D'A THANASE KlRCHERE.

tage, & mesprise le reste comme indi-
gne de sès yeux & de Tes mains : parce
qu'en effet les inscrutables sècrets de sa
divine Providence , font que de mille
il y en a peu d'esleus qu'il connoit,
qu'il choysît , & qu'il prent mainte-
nant de cet endroit, tantost de celuy la,
à presant de l'extrémité de la Terre,
après du bout du Monde , & enfin de
la où il veut pour les placer dans le
Royaume de là gloire : Comme des
fruits de la vie éternelle , qu'il cueillit
dans le temps & le lieu qu'il a déter-
miné . Nous reconnoisîbns Y évidence
de cette vérité dans les premières sè-
mences du Christianisme qu'on a jette
dans cet Estat, dans les premières ma-
ximes Euangeliques que 6\ Thomas a
enseigné à ces Nations, comme nous
dirons en suite, & dans l'establisïè-
ment de la Foy que les îùccesseurs de
ce grand Apostre ont donné à tous ces
peuples Chinois, dont l'Eglise navoit
esté au commencement qu'un brasier
d'amour, & qu'un feu consommant
de zele ; puis qu'en suite de cete extrê-
me ferveur, de cete dévotion ardante,
& de tout ce monde de Fidel les qui re-
cognoissoit Je/us Chrift , il s'est trou
vé dans la suite du temps (par un mal-
heur déplorable) que ces ames d'a-
mour , & de feu pour la gloire de
Dieu, ont commencé de s'engourdir
à son service , & de le separer incen-
{iblement de son culte, pour ambrât
ser des superstitions sbttes & ridicules,
pour s'adonner à l'idololatrie & à la
vénération des Idolles & du Démon,
&pour se plonger en-fin (peut estre à
la persuasion des hommes, ou par un
esfet de libertinage , ou par Y introdu-
ction damnable des autres Nations, ou
bien en-fin parcequela négligence des
Pasteurs a sousfèrt que toutes ces Pro-
vinces se sont retirées peu à peu du vé-
ritable chemin & que par leur négli-
gence ce desordre est arrivé dans ces
contrées) dans un abisme dérreurs,

& dans un gouffre d'abominables &
d'horribles maximes ; où ils ont crou-
py jusques à ce que la misericorde di-
vine touchée de compasïion de la per-
te de tant d ames, a envoyé, dans un
temps qui luy esloit connu,des hommes
Apostoliques pour une deuxiesme fois ;
afin de reparer la vigne du Seigneur
gastée par les bestes sauvages , &
exposée à leur rage despuis si long-
temps, & pour remettre enfin dans le-
vray chemin ces pauvres gens que le
Démon avoit fourvoyés de la véritable
route par quatre différentes fois (com-
me nous dirons en suite ) & leur faire
porter un fruit digne du Paradis & de
la vie éternelle dans le sèin de l'Eglisè.
Le mesme Dieu qui a voulu donner La boule-
tant de fois des marques de son amour versement
. , , t , . r delaRe-
a ce peuple, a voulu que leurquatnel- Sîgion
r r r a' ' Christicn-
me converlion aye elte procurée par ne dans u
les Religieux de la Société de Jesus, chine-
& que ces bons Pères ayent optenu un
sùccés plutost a souhaiter qu'a esperer
dans des affaires de cette nature & de
cette importance, dont les commence-
mens sont tousjours très difficilles pour
ne dire pas impossibles à surmonter &
à vaincre. Cette mesme bonté divine L'antréc
1 . -, . -i r i r delaChi-
par la providence miraculeule de la ne très
conduite a voulu que ces Religieux dlffic,lle-
ayent esté des premiers qui sont entrés
dans ce vaste Empire, & qu'a la faveur
de leurs soins, de leurs fatigues, de leurs
travaux, & de leurs peines, ils ayent eu
le gloire de mettre le pied dans un Roy-
aume , qui jusques alors avoit esté pres-
que inconnu de toute sorte de person-
nes, où dans lequel (du moins) aucun
n'a voit eu la liberté d'entrer jusques à ce
temps que nos Pères y ont eu un libre
accès, & où ils ont fait tant de profit, &
gagné tant dames à Dieu qu'on en
pouvoit attendre. Comme l'on travail- La divine
loit donc efficacement à la vigne de Sei- c^sS
gneur , Nostre Dieu qui est tousjours J Js(g-
trés bon & très grand, pour montrer choses
combien la do&rine qu'on semoit luy Perduc*
plaisoit,
loading ...