Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 173
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0216
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
173

La troisjefme Partie

DE LA

t)Ce

CHINE ILLUSTREE
D'A t h a N a s e KlR chere,
S) E
L'IDOLATRIE,
Et commequoy elle est venue, premiè-
rement en Terfe &: dans l'Inde, &; de là dans toutes
les parties les plus essoignées de l'Orient, com-
me la Tartarie > la Chine, & le fappon.
Préface.
Outes les fois que je confidere un peu ferieufc-
ment en mon particulier la nature de toutes les cho-
[es humaines, je ne puis mempefcher de dire qu il
nefl rien de plus vray que cet oracle prononcé par le
plus fage de tous les mortels dans le Ch. i. vers 9. de
ÏEcckjiafle ; Nihil sub soie novum com-
perio. Qiiid est quod fuit ? Ipsum quod futurum est 5
Quid est quod facr.um est > Ipsum quod faciendum est.
<tA la vérité nous pouvons dire que le monde nefï autre chofe qu'une
révolution continuelle 3 quil ny a rien dans l'univers qui ne [oit fit-
jet a cette inconfiance >fipropre aux créature s.0\Qm devons eflre encore
dans ce fentiment, que les événements des chofes pajjées , n ont fait que
pajfer pour revenir dans lafuite du temps 5 que ce nefl qu'une Tra-
gédie^ pour mieux dire}une m ïssv7CcL.Cefl injujlement donc cj> fans
fujet que nous-avons de l'horreur pour les malheurs &- les événements
funefles &- tragiques des fieclespasfés, &* des accidents infortunés qui
font arrivés àplufieurs ^Royaumes, Eflats, ^Monarchies&* ^pu-
bliques j puifque nom voyons le mefme aujourdlouy > quoyque fous des
couleurs différentes &- des déguifements fubtils\J\(ous femmes furprisy
lorfque nous lifons les hijloires anciennes , de voir que les Egiptiens <&
les Çrecs font venus dans cette extrémitéd'aveuglement (quoyqu'il fem-
Y 3 blasi
loading ...