Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 6
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0032
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
6

La Chine Illustrée

C h a p. IL

L'interprétation fidelle ,Jï?icere3 &- ver balle

d u

Monument d'un Sinico-Chaldeen
Que les 'Propagateurs Euangeliques de la loy Chrejlienne ont ejlevé>
il y a environ miUe ans ou d'avantage, dans un certain Royaume de la Chine nom-
wzeXemsi, & lequel a ejie defcouVert pour le bien de la Qhrejlknté
dépuis l'An 162$.

L'incon-
stance des
choses hu-
maines.


Inconstance des créatures est
si grande, & leur estre est si su-
jet au changement du temps &
à la vicissltude des choses sublunaires,
qu'au raportdes Histoires, il nest rien
dans le monde qui ne soit dans une con-
tinuelle agitation , & qui ne roule in-
cessament de la prospérité dansl'adver-
sité , de la fortune au desastre, du bon
ordre au mauvais, & du bien au mal : de
sorte que sélon cette vérité connue, il
n est pas à nostre pouvoir de promet-
tre rien de stable, de permanant, & de
fixe dans le monde ; puilque tout est
dans cette révolution continuelle, &
puis qu'il paroit plus clair que le jour que
les affaires de la Religion mesme, dont
la sain£teté sèmble devoir estre exempte
de tous ces desordres, de toutes cesin-
constances, & de toutes ces légèretés,
sont dans le mesme inconveniant, &
Les revo- souffrent le mesme deffaut : On ne le
lutions de _ „ 1 »
la Reli voit que trop dans / Egipte , & dans la
ssiennehre" Grèce, & prcîque dans toute VEurope, qui
estant imbues, & mesme Zélées pour
l'interest de Jefus Chrift se sont misera-
blement perverties, & ont souffert des
bouleversemens estranges , touchant la
Religion , que je passè sous silence;
parce qu'ils n'e sont !que trop connus
au monde fidelle ? Quoy de plus sur-
prenant & de plus estrange, que de
voir que les Eglises qui ont esté autre-
fois les plus ridelles à Jefus Cbrist, les plus
Sainftes en elles mesmes, les plus Zélées

à soustenir son honneur , & la gloire,
& les plus justes dans la pratique des
vertus Euangeliques, soient à prêtent
non seulement attiédies, &relentiesde
leur première ferveur : Mais mesmes
que par un malheur , qui nous arrache
des larmes de sang, nous les voyons tout-
à-fait perverties ; de sorte qu'une par-
tie est devenue idolâtre par le culte des
fausses Divinités, que l'autre est impu-
re, vilaine > & maudite par la loy infâme
de Mahomet, & qu'enfin l'autre est
pollue & corrompue par la fausse do-
ctrine des Hérétiques, & par les erreurs
Diaboliques de cespartisans duDemon.
Tous ces desordres disie, ne méritent ils Lessecrets
pas qu'on déplore de si funestes revo-de Dieu,
lutions, & que l'on admire à mesme
temps les socrets impénétrables des ju-
gemens de Dieu, qui donnentsùjet aux
hommes (en suite d'une si surprenante
conduite) de faire leur salut tousjours
en crainte , en tremblant, & avec ap-
prehension. Ayons neantmoins tons-
jours cette pensée devant les yeux, &
soyons convaincus de cette vérité, que
Dieu sçait bien ceux qu'il a essus, qu'il
connoit bien les personnes qu'il a choi-
sies de cette grande masiè des hommes
pour estre dans la gloire, & qu'il en uso
de la mesme façon que le Jardinier par
raport à son fruit, lequel prent tantost
le plus beau, tantost le meilleur, & le
plus meur, & celuy en-fin qui luy re-
vient le mieux , & luy agrée d'avan-
tage,
loading ...