Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 47
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0075
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
D'A THANASE KlRCHERE.

47

Monument &: que la longueur des an-
nées avoit presque effacée de la mé-
moire des hommes. Cecy suffira donc
pour ce qui regarde Y infaription des
chara&eres Chinois. Neantmoins par-
cequ'il y a beaucoup dechoses obicu-
res, dans cette interprétation, qu'on ne

sçauroit entendre sans gîolè j J'ay vou-
lu en donner une plus claire intelligen-
ce par une interprétation plus ample,
& que j'ay accompagnée d'une décla-
ration delà Doctrine, &de tout ce que
croient les Orthodoxes Orientaux.

C H A P. IV.
T>e la Croix qui ejl gravée au haut de la Tierre.

Y% Pro-
ti,ges ont
accoi.stU-
«né de
f'eceder


le« chan-
Se« Eaats
«^des
spires.

Pn trouva
^ne Croix
<*ans un
?rb/edaus
eJappon.

5 Est l'ordinaire que la provi-
dence de Dieu qui gouverne
le monde,ne sbuffre jamais qu'il
y aye de révolution considerable dans
un Estat, qui ne soit précédée par des
prodiges , où des monstres produits,
qui paroifîànt aux yeux d'un chascun
servent de pronostiques certains & d'au-
gures infaillibles de ces révolutions fu-
tures. Nous en avons une preuve con-
vainquent^ dans la naissance de nostre
aymable & divin Sauveur, laquelle a
esté précédée par des prodiges merveil-
leux , qui ont remply d'estonnement &
d'admiration tout ce qu'il y a de peu-
ples dans l'Empire Romain, & qui ont
donné occasion à tous les Autheurs d'en
charger leurs Histoires. Il n'y a qu'a
lire JEgefippt, Jofephe, &les autres Hi~
storiens juifs pour sçavoir, combien de
choses surprenantes ont devancé le sàc
& la ruine de Uyerujâlem que Dieu
vouloit punir par un coup de sa justice
divine & de sàjuste vengence. Nous
pouvons dire que comme il n' est pas
possible de révoquer en doute ce qui
a précédé les révolutions des Republi-
ques qui en marquoient le changement
inesvitable, à cause que l'authorité &
la vérité irreffragable des Autheurs qui
les ont escrites ne le permettent pas. Je
dis aussi , que nous avons une preuve
infaillible de cette vérité dans le Jap*
pon, & dans ce vaste Empire de la Çkine,
lequel estantvenu dansson temps a dé-
couvert une Croix qui vérifie ce que

nous avons desja dit. Il est elerit dans
l'Histoire que certaines gens du Jappon
estant empresses à couper un arbre de-
seouvrirent une Ooix laquelle donna de
l'admiration & de l'estonnement à tout
le monde. Nous liions encore dans cel-
le des Indes occidentales, qu'il y eust
un certain homme dans le Royaume de
Mexico, qui estoit l'Intendent des sacri- La pro-
fices, & qu'on estimoit estre un Pro- kdefcou-
phete , lequel prédit quelque temps au- jV^e^e
paravant que l'on n'eustdescouvert l'A- que.
merique^ qu'un peuple de l'Orient, &
d'un Pays fort esl )igné, viendroit abor-
der à cette partie de l'univers, & que
dans peu de temps on vertrroit ces na-
tions étrangères soubsmetre sous leur
empire tous les habitans de ces régions,
s'emparer de leurs Royaumes, & de
leurs Estats, & renverser enfin leurs sta-
tuès & leurs idoles à la première veuë
de la Croix ; Ce qui est arrivé comme
il l'avoit prédit. Dautant que Ferdinand
Cor tés ri avoit pas encore jetté l'anchre
dans un de leurs ports, ny mesme à
peine abordé leur Pays, qu'a mesme
temps, il fit desployer un grand estan-
dart noir , chargé d'une Croix rouge,
laquelle par une vertu secrete & une
puisïànce divine procura l'advantage à
ce grand homme (qui n'agisîbit que
plein de comfience à la providence de
Dieu) de parvenir à une entière, &
parfaite ponession de cet Empire ; En
despit de l'opposition & del'Obstacle
qu'y apportoit tous ces Barbares, Je
ne
loading ...