Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 121
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0157
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
I

d^Athanase
sit nation efi fur le rivage de ÏOccean ; les
perfionnes qui l'habitent jont douées d'un e-
sirit fubtif Cesï pourquoy ils font tout
sins & trompeurs, & furpafjent toutes les
autres nations en matière de fcience , ce qui
les rend fi glorieux & fi Vains, qu'ils n'ont
point de honte de dire qu'eux feuls regar-
dent aVec deux yeux > au heu que ks autres
ne Voyent que parmi. Ils n'ont point de bar-
he, f£ leurs yeux font extraordinairement pe-
tits. (De plus l'on nousasseure que c'efi un !
commun dire parmi eux, que ce Royaume, j
efi au commencement de la terre ; parceqùil j

KlRCHERE. 121
esi le plus avancé Vers l'Orient, lequel fait
une de fis bornes d'un cofiè, & où il n'y a
point d'autre nation qui l'habite que ceïïe-
cy, félon le raport quon nous en a sait. Le
(Royaume de Tarse le limite Vers l'Occident^
le defirt de 'Belgian Vers le Septentrion, &
une infinité de petites ifies font les bornes
Vers le m'tdy. Voyla comme quoy il fait
la deseription de Cathaye , où de la
Qhine y laquelle ne diffère en rien de ce
que les autres Escri vains ont dit de sa si-
tuation,des mœurs deshabitans, &des
nations de ce grand Empire.

Chap. VIÎ.
T)e l'introduB'wn de la Foy Cbrejlienne dans les dits Royaumes de
Tartarie, © de Cathaye.


iOmme il n'y a point de païs
|dans lequel l'on nese ressbuvie-
'ne du nom Chrestien parmi
tous les chemins que je viens d'ensei-
gner ; il n'y a point ausfi de dôute, que
la doctrine Evangclique n'ait estê in-
troduitte , dépuis le commencement
de l'Eglilè, dans les Royaumes d'O-
rient les plus essoignés par le moyen
des Apostres, ou de leurs Dilciples,
comme aulîi par ceux qui leur ont suc-
cedé : mais parce que je veux claire-
ment faire connoistre cette vérité; J'ay
resolu de traitter de toutes les expédi-
tions Apostoliques qu'on a fait dans
ces régions dépuis l'establisièment de
l'Eglise Chrestienne. Et quoyqUedans
lesdiseours percedents nous ayons desja
traitté des progrés de S. Thomas dans
l'Inde, & dans les Royaumes voysins; je
veux neantmoins faire voir icy comme
quoy l'Evangile a eslé annoncé dépuis
les Royaumes qui sont dans le millieu
de l'Inde y julquesaux extrémités de la
Tartarie} par le moyen de S. Thomas, de
S.'Philipej de S^fëarthelemi, de S. Tha-
dky Se des autres Apofires-, ce que je fais
(fmitant plus facilement, que je tire

les lumières qui me sont necesTaires
dans ce rencontre, du Pere Rhodius, Leche-
qiii a parcouru tout ce païs, lequel p.Henri
ayant esté envoyé de Goa dansleRoy-^^'P^
aume de (Delcan, qui est enfermé dans
celuy âeMogule? qu'on nomme à prê-
tent de Visfipor ? après avoir franchi
toutes les difficultés du chemin du
Mont Gati} il s'en vint rendre à CoU
condra > & delà à Montipur , & passa
encore suivant le droit chemin du co-
dé du Nort par les Royaumes de
fëengala, & de £kcan> Se visita la Vil-
le de (Dellij d'où enfin il prit sa route
vers Jgra , qui est la Ville où est la
Cour du Roy de Mogule. Il vit quan-
tité de belles raretés dans la mitte
de son voyage, comme vous verres
après dans son Itinéraire. Ce mesmè
Authcur parlant des Royaumes de
Nar/ingue^8e de Meliapor^Se des célèbres
reliques de S. Thomas, dit, qu'entre plu- La route
r n t i ~i a- ^ des.re-
lieurs raretés, que les Chreinens ont m<a pour
conservé jusqUes a present dans leurs ar- sae^î,
chives,ily avoitpareserit le chemin què^ans
ce S. Apostre. avôit fait pour aller de l"
Judée dans l'Inde, & dont la tradu-
ction a esté faite de Syriaque en Latin ;
a, Di-
loading ...