Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Übers.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Seite: 124
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0160
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
La Chine Illustrée

En quel
temps les
Chrestiens
furent in-
fectés par
l'heresie.

Combien
de ravage
a fait la
maudite
loy de
Mahomet
dans le
monde.

124-
& qu'elles cstoient encore dans leur
première vigeur. Qui voudra sçavoir
plusieurs autres choies touchant cette
matière, qu'il consulte l'histoire des
Arméniens , qu'on appelle ûarrentir,
c'est à dire, livre des nations que Clé-
ment Galanus Claire régulier a mis
en lumière, après avoir parcouru tous
les païs de l'Arménie, de la Géorgie, & des
autres régions qui sont dans ce climat.
La Foy de Je/us OmJÏ a este donc
priemierement establie dans ces roy-
aumes par les Aposlres S. Thomas,& 'Bar-
thélémy , & S. Philipe , & elle a esté por-
tée ensuitte, dans tous les Estats de
l'Orient parlesSuccesîeurs desmesmes
Aposlres, & par d'autres S. personnages,
qui éclairés, & inspirés du <S. Esprit,
l'ont encore cultivée au grand profit
des ames, jusques à ce que manque
d'ouvriers Evangeliques, & par la dis-
solurion de ces peuples, ils commencè-
rent â dégénérer du premier zele qui
les animoit à la Foy de Jesus Christ,
& que l'an de salut4oo.les damnables
se£tes £ Arriut, de Neflorins, dcVio/co-
re, & des autres Hérétiques, sur tout cel-
le de Nejlorius, pouUées par les suge-
stions de Satan, donnèrent un si cruel
asîàut à l'Eglise Catholique, qu'elles
pervertirent entièrement la Cholchide,
l'Arménie, hTerfê, leTurchejlan, &les
autres Royaumes de la Tartarie Ajta-
tique, lesquels sont si infe&és (sélon le
raport de Marc 'Paul, & d'Haytone)
qu'il n'y a pas un lieu qui ne sbit mise-
rablement imbu de leurs erreurs. Le
Démon suseita enl'an632. un infâme
Mahomet pour achever de perdre ces
régions par la detestable sèmence de
sa doctrine; c'est pourqu'oy ilVunità
ces maudits heresiarques, & fit tant que
ces dogmes pernicieux innonderent
(comme des torrens impétueux) la plus
grande partie du monde ; d'où vient
que les ridelles, & sur tout les Eolesia-
stiques estants banis de leur propre
pais, sè réfugièrent dans les plus sècret-

tes Provinces de l'Aste ; par un efFed"t
d'aprehension, & de crainte, ou par lin
pur desir de leur liberté, ou bien afin
de pouvoir satisfaire au zele qui les por-
toit à procurer la gloire de Dieu en
conservant les fidelles, & convertissant
les gentils ; c'est pour ce sujet dis-je,
qu'ils allèrent dans toutes les régions
les plus esloignées, & dans les plus in-
térieures parties de la Chine, où ils fi-
rent de grands progrés pour le salut
des ames, comme nous l'enseigne le
Monument dont nous avons desja par-
lé : Mais comme il n'y a rien dans le
monde qui ne soit sujet au change-
ment, aussi est-ce la raisbn pourquoy
la foy qui avoit esté introduitte dans
ces Provinces esloignées, en a esté ban-
nie, & que ces peuples se sont adon-
nés tantost â l'Heresie des Nejloriens,
tantost à la ridicule se&c des Mahome-
tans, & enfin à toute sorte d'Idolâtries,
tant a cause du defFaut des personnes
Apostoliques qui en dévoient avoir
soin, qu'a raisbn du libertinage,& dure-
froidiffement des peuples, &delapa£
sion immodérée que chacun a de faire
ce qu'il luy plait. Mais quoy que lave- myton
ritable foy de Jefus Christ ait sou vent S^!'
esté altérée, & mesme quelque foisvert*lc
presque toutafait perdue ; elle a néant-gçhm.
moins tousjours perseveré dans la Tar~
tarie Orientale, parmi toutes ces vicii-
situdes l'espacede 1253. ainsi que don-
ne àconnoistre ffayton, qui estoitsorti
du san g Royal des Princes d'Arménie, le-
quel eserit que son frère Hayton Roy «La toi
d'Arménie, ne pouvant plus souffrir l'in- «SoxT
îustice des Turcs qui pilloient, & rava- «s^3'
• . r r» * ir' blic.
geoient Ion Royaume, poulie par une «dansi*
inspiration du Ciel, s'en alla luy mçs-«.chw''
me trouver le grand Cham de Tartarie, <t
(que 'Paul Vénitien appelle Cuhlai, à eau-
sè de Cingifcan qui estoit le premiers
Roy de Tartares, lequel regnoit en Ca- «
thaye, 8c en Tartarie) afin de faire pre- «
mierement alliance avec les Sarrasins, <c
Se s'aquerir en sécond lieu la bien veùil- a
lan-
loading ...