Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 215
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0265
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
D'ATHANASE
ont si fort grossi dans lasuitte du temps,
qu'ils ont produit un monstre & un
composé d'erreurs le plus detestabJe
qu'on puisie jamais voir. Vous en re-
loIn connoistrés quelque chofe par les 10.
K^nsdc incarnations de Dieu dont ils parlent,
'eu. r > r y
lans que je mamule a vous entretenir
de toutes les autres resveries de cette
nature, que le R. P. Henry Roth missio-
naire infatigable de Mogor m'a racom-
pté, comme estant très sçavant dans la
langue 'Bracbmanique, & très do&e dans

K I R C H E R E. 215
Verain (Dieu) ou Estre & autres fix cent
noms qu'ils attribuent à ce mefme eftre.
Ils expliquent ces trois perfonnes de la La f°y
façon que Vous allés Voir. Le Brahma cV/? la Scddicu-
nature & sejjence de cet ejlre fupreme, Dieu. Jr
Berno ejl fon appétit concupifcibk, & Ma-
hex fon irajcible. Selon Brahma, il ejl en
toutes les créatures, félon Bexno // ejl k
ConferVateur de tous les ejlres ; & félon
Mahex // en ejl le dtftruUeur ; d'où Vient
qu'ils dijent que la mort, la corruptionfont
Jes ferViteurs, & fes Valets. Enfin ils di-

tous les points principaux de leur do- \fent quetoutconsifleenSamexty&Beaxtj
âxine; parcequejenaurois jamais fait ; c ejl à dire dans le gênerai, & le particulier.
cest pourquoy je m'attache à celle-cy ( L'un'tVerjeleft l'eftre fupreme de^Dieuenfoy,

que ce bon Religieux ma dit, & dont il
a instruit tous nos Pères ; afin qu'on
prit soin de réfuter ces impostures, &
de donner le moyen à tous nos missio

& le particulier ejl la nature mefme, diVifée
en fes parties différentes, &en fes diVerfités :
ceft pourquoy ils concluent, quil ny a point
de diftintlion générique ny ftecifique entre les

naires de pouvoir, nonseulement desa- ejlres créés : mais que ceft le mefme eftre &
buser, mais encore confondre les Brach- la mefme nature participée par tous les mdi-

manes qui sont imbus de ces oppinions.
Comme donc cest une matièreaiTéscu-
rieuse , il m'a sèmblé qu'elle meritoit
destre proposce ; cest pourquoy je la
mettray icy dans les propres termes que
le P. Roth dont nous avons parlé, la ex-
posée dans ses escrits que j'ay traduit en
nostre langue pour une plus grande
commodité du Lecteur.
Les dix fabuleufes Incarnations
de Dieu que croient les Gentils Indiens,
qui font tant au deçà qu'au de
là du Gange,
Selon l'interprétation du P.
Henry Roth.
Ils dijent en gênerai que la jeconde per-
Jonne de la Saincle Trinité s'ejl incarnée <p
câ^i'in. fois , & quelle je doit encore incarner pour
!
I
Brahma, Bexno, Mahex. Ils dijent que

5s.,

%

«ci

ton

la se_ la atxiejme.
jjç%,nc Les perfonnes de la Sainte Trinité font

Vidas, lejquels prenent diVerjement des for-
mes , & des sigures , comme l'un celle de
l'homme, l'autre celle d'une pierre, ou d'un
arbre, & ainjy du rejte.
Ils dijent que la matière, reVeftucde tou-
tes particules divines, n'eft autre chofe que
la déception & la tromperie ; ceft pour-
quoy ils appellent la mefme nature div'me
Ram, ceft à dire jouant.
Ils expliquent l'incarnation de cette natu-
re, &de ce Dieu de la forte. Il prent la plus
grande particule, & je reVeft de la matière
qu'ils dijent eftre compofée des 5. Eléments.
Ilsjouftiennent que ceft par ete comme par un
inftrument qu'il mamsefte fes attributs plus
qu'en pas un autre ejlre ordinaire & commun,
lequel a une plus petite portion de cette ma-
tière. Il faut aVoir recours à des plus longs
commentaires pour pouvoir expliquer, & pour
pouvoir racompter les fictions, & les resve-
ries de tous ces aveuglés Gentils ; ceft pour*
quoy explicons les plut au long.

nké- ces trois m font qu'un feul en une nature, \ J'^P1^ maintenant les Incarna-
qu'ils appellent de divers noms, sçaVoir A- j tlons en Partlcuher'
char, ceft a dire ( Immobile) Paramanand 1 La première eft de Naraen, ou Œrince
(Taifible ou en repos) Paramexuar (Sou- \ des hommes.
La
loading ...